à la Une
Publié dans Généalogie, La boîte à trucs

Ils étaient une fois Magazine n°1

J’avais une petite idée qui me trottait dans la tête depuis quelques mois, présenter les articles de mon blog sous forme d’un magazine. Et bien , voilà, c’est fait ! Et je suis assez contente du résultat. Si vous aimez, je monterai le numéro 2.

ILS ETAIENT UNE FOIS MAGAZINE n°1

Note aux lecteurs
Attention, ne comparez pas ce que vous allez lire avec un vrai magazine de généalogie, il s’agit juste d’une mise en page différente des articles du blog. Autrement dit, mon magazine n’a pas plus de prétention que mon blog. 

Appli utilisée : CANVA.

Publié dans Généalogie

En 2022, mon blog en 2022 sera…

En 2022, ce sera light. Pas de publication hebdomadaire comme je l’ai fait depuis la naissance de mon blog, pas de publications estivales, probablement pas de RDV Ancestral et probablement peu de Geneathèmes. En revanche, je compte bien participer au Challenge AZ. J’ai d’ailleurs écrit 13 articles sur 29 (oui, je sais, l’alphabet ne comporte que 26 lettres mais j’ai parfois eu du mal à choisir alors j’ai prévu d’écrire deux articles). J’espère réaliser mon calendrier de l’avant sur Paris et monter deux ou trois Ils étaient une fois magasine.
Mais un blog en « sommeil » ne veut pas dire des recherches généalogiques à l’arrêt. J’espère pouvoir poursuivre mes recherches sur les fratries, compléter les BMS/NMD qui me manquent (que j’ai parfois dans mes dossiers ou que j’ai trouvés sur Geneanet sans avoir eu le temps de les vérifier), faire des trouvailles inattendues ou inespérées et passer quelques heures aux Archives.

Et je compte bien vous lire et me cultiver.

Alors très belle année 2022 à tous.Geluck_bonne_année

Publié dans Généalogie

Objectif 30

Lecteurs de passage, fidèles abonnés, nouveaux venus, avant de poursuivre votre lecture, je voudrais vous proposer un accord. Que l’article vous plaise ou non, que mon divertissement vous amuse ou pas, si vous continuez à lire les paragraphes suivants, il faudra suivre les règles du jeu que je vais édicter.

Alors, vous vous êtes décidés ? Vous restez, vous tentez l’expérience, ou vous abandonnez, de peur de vous ennuyer, par manque d’envie de jouer ? Il est encore temps de changer d’avis. Vous pouvez réfléchir quelques instants, quelques minutes. Ca y est, votre décision est prise ? Si vous partez, j’espère vous « revoir » bientôt. Pour ceux qui restent, bon courage à vous.

Chers lecteurs,

aujourd’hui, pas de nouvel article mais le sempiternel récapitulatif des articles les moins lus de mon blog dont je vous accable chaque début d’année. Mais cette année, j’innove. Vous pouvez lire tous les articles de la liste si vous le souhaitez mais vous devez lire celui que le hasard vous attribuera. Non, non, pas d’échappatoire possible, vous étiez prévenus. Laissez le lait déborder de la casserole, n’allez pas décrocher le chat qui s’est suspendu aux rideaux, ne ramassez pas la cuillère pleine de purée de carotte que votre chérubin a négligemment jetée parterre. Non, vous devez finir votre lecture, comme vous vous y êtes engagés !
C’est parti. Choisissez un nombre entre 1 et 20 puis cliquez sur le numéro ci-dessous.

article numéro 1
article numéro 2
article numéro 3
article numéro 4
article numéro 5
article numéro 6
article numéro 7
article numéro 8
article numéro 9
article numéro 10
article numéro 11
article numéro 12
article numéro 13
article numéro 14
article numéro 15
article numéro 16
article numéro 17
article numéro 18
article numéro 19
article numéro 20

Et pour vos remercier d’avoir permis à mes articles les moins lus de tendre vers les 30 vues, les voici dévoilés, avec leurs titres.

Tranches de vie
Paraskévidétriaphobe
#100 mots pour une vie (Jacques Guibert)
Ils étaient une fois Noël
RDV ancestral n°5, le destin ou quand la mort frappe à la porte
#100 mots pour une vie (Louis Fourrier)
Des cousins célèbres, des ancêtres un peu moins
14 février, jour de la St-Valentin
Poisson d’avril
Marie

Promenades en Touraine
Loches

I love Touraine
Un mois, un diction
Quand les communes fusionnent
I comme inspecteur
Tous les chemins mènent à Tours
Calendrier de l’Avent 2020 – J22
S comme…stérilité, St-Senoch

Souvenirs
Le jour où j’aurais mieux fait d’aller me coucher
Le jour où je me suis trompée d’un œuf

Ca veut dire quoi
O comme…Onomastique
R comme Rondiner

Allez, un petit dernier, pour la route, les plus plus depuis la création du blog
LSF, les premiers mots pour communiquer (10379 vues depuis le 8 mars 2019)
J comme Juin (1923 vues depuis le 11 juin 2016)
Ont déclaré ne scavoir signer de ce enquis (1558 vues depuis le 24 octobre 2016)
Comment mes ancêtres ont choisi le prénoms de leurs enfants (partie 1) (1495 vues depuis le 9 juin 2021)
LSF, le nom signe (1315 vues depuis le 5 mars 2019)

Mise à jour du 05 janvier 2022
Puisque certains en voulaient encore (et parce j’ai encore pleins d’articles dans mon Flop 50), voici 10 autres articles à re-découvrir (il ne manque que 2 vues à l’article n°30 pour atteindre l’objectif, je dis ça, je ne dis rien).
article numéro 21
article numéro 22
article numéro 23
article numéro 24
article numéro 25
article numéro 26
article numéro 27
article numéro 28
article numéro 29
article numéro 30

Publié dans Généalogie

2021, une année généalogique ?

En début d’année, je me demandais si 2021 serait généalogique (voir ici) ? Retour sur mes projets et bilan.

– le Challenge AZ. Le Challenge AZ est un défi lancé par Sophie Boudarel (La Gazette des ancêtres), qui consiste à publier un article sur le thème de la généalogie au sens large (un ancêtre, un village, un événement historique, ou de la méthodologie, une particularité régionale, des documents anciens…), tous les jours, pendant un mois (sauf le dimanche) en suivant les lettres de l’alphabet.
J’y participe depuis 2016 (retour sur mes participations ici).
Taux de succès estimé en janvier 2021 : 100%. Succès ou échec ? Succès gaestebuch_bild_smiley_06_www_gb-terror_de

– le calendrier de l’Avent. J’avais un thème en tête mais j’avais peur qu’il me demande pas mal de travail.
Taux de réussite estimé en janvier 2021 : 66%. Réussite ou abandon ? Abandon. 20704a0c472df7be4e130991aa37423e

J’aurais aimé réécrire sur un ancêtre, comme cela avait été proposé par Sophie en avril 2020 avec le Généaologie30. Mais je pensais manquer de temps.
Taux de réussite estimé en janvier 2021 : 30%. Réussite ou échec ? Non réalisé. 20704a0c472df7be4e130991aa37423e

Je souhaitais poursuivre mes articles estivaux « le jour où«  . Mais ils tombent pile dans la période professionnelle la plus chargée pour moi.
Taux de succès estimé en janvier 2021 : 49%. Réussite ou échec ? Réussite. gaestebuch_bild_smiley_06_www_gb-terror_de

Je souhaitais écrire d’autres #RDV Ancestraux. J’en avais déjà écrit un (ici) et un autre était presque fini.
Taux de réussite estimé en janvier 2021 : 60%. Réussite ou échec ? Réussite (3 articles écrits). gaestebuch_bild_smiley_06_www_gb-terror_de

Je voulais continuer les posts #Geneasaint sur Twitter (prendre le saint du jour et écrire sur un ancêtre qui porte ce prénom), mais, bien que ce soit des textes relativement courts, cela demande une assiduité quotidienne.
Taux de réussite estimé en janvier 2021 : 42%. Succès ou abandon ? Succès, même si j’ai parfois eu du retard sur les publications.gaestebuch_bild_smiley_06_www_gb-terror_de

J’étais tentée par le défi de la FFG, le défi « Uchronie sans Napoléon » :  Napoléon n’a pas existé, quelles conséquences pour les familles de votre arbre généalogique ?
Taux de réussite estimé en janvier 2021 : 98% (en trichant un peu). Succès ou échec ? Echec, je ne maîtrise pas assez le sujet, même en trichant. 20704a0c472df7be4e130991aa37423e

J’avais déjà écrit l’article sur ma sosa de l’année (si vous n’avez pas lu, c’est ici).
Probabilité de succès : 100%.gaestebuch_bild_smiley_06_www_gb-terror_de

Je voulais continuer à m’amuser avec mon vrai faux magazine « Ils étaient une fois Magazine«  . Comme il s’agit seulement de reprendre des anciens articles du blog et de les présenter différemment, ça devrait pouvoir se faire. Le numéro 1 était déjà paru (voir ici).
Probabilité de réalisation en janvier 2021 : 80%. Succès ou échec ? Succès (1 article par saison). gaestebuch_bild_smiley_06_www_gb-terror_de

Je projetais de continuer à compléter les fratries de mon arbre. Et le virus de la généalogie descendante m’ayant prise, je voulais consacrer une partie de mes recherches aux petits-enfants et arrière-petits-enfants de mes sosa.
Probabilité de succès en janvier 2021 : 100%. gaestebuch_bild_smiley_06_www_gb-terror_de

Et puis, il y a d’autres thèmes sur lesquels je voulais faire des recherches : l’endogamie géographique, les signatures de mes ancêtres, les jumeaux de mon arbre, les protestants…
Projet triennal, taux de succès estimé : 100%. Réussite ou abandon ? Réussite (articles sur les jumeaux, l’endogamie, les signatures) gaestebuch_bild_smiley_06_www_gb-terror_de

Enfin, Geneatech propose un mois généalogique en février (voir le détail ici). Si reconfinement il y a, ça devrait pouvoir se faire, sinon…
Taux de réussite estimé en janvier 2021 : 33%. Succès ou abandon ? Succès, même si je n’ai pas participé à tus les thèmes (voir ici). gaestebuch_bild_smiley_06_www_gb-terror_de

Publié dans Challenge AZ, Challenge AZ 2021, Personnalités tourangelles, Petite histoire de la Touraine

Z comme…RoZe

Vu le nombre de site internet qui évoquent la manufacture Roze, vous pouvez en déduire que l’entreprise jouit d’une grande notoriété.

(voir aussi ici, ici, encore ici, et même et ).

La famille Roze s’est illustrée dans la fabrication d’étoffes de soie. Le premier membre de la famille à s’établir à Tours est Jean-Baptiste Roze-Moussart, fils d’un marchand-fabricant picard. Il obtient le titre de « maître marchand fabricant d’étoffes d’or, d’argent et de soie » et devient conseiller du roi. Son fils, Antoine Roze (1675-1756), conseiller du roi et juge garde de la Monnaie de Tours, procureur du roi à l’hôtel de ville, prend sa suite. En 1819, Frédéric Pillet-Roze reprend l’activité de la manufacture de soieries ; il est l’un des premiers à utiliser les métiers Jacquard.
Installés à la barrière Sainte-Anne, les ateliers sont détruits dans un incendie survenu en 1872. Aujourd’hui, la manufacture est installée à Saint-Avertin

Le square prend son nom actuel par délibération du 28 mai 1979.
Square Roze, Tours

(C) Geoportail

Challenge AZ 2020

Publié dans Challenge AZ, Challenge AZ 2021

Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Il y a, parmi les aviateurs célèbres, quelques Tourangeaux, dont Victor Lasalle, Jean Foiny et plusieurs membres de la famille Tulasne.

Jean Foiny naît le 8 août 1890 à Niherne (Indre). Tout d’abord menuisier-ébéniste à Tours, il intègre le 1er régiment d’artillerie de campagne de Bourges en 1911. Mobilisé en 1914, il devient élève dans l’aviation en 1915. Le 16 septembre 1918, il est abattu en combat aérien, et fait prisonnier par les Allemands mais réussit à s’évader quelques mois après. Jean Foiny est nommé adjudant le 1er septembre 1919. Devenu adjudant-chef (1923), il forme des élèves pilotes, entraîne des pilotes brevetés et assure les essais de plus de 600 avions. Il détient le record de vitesse des 1000 km.
Foiny meurt le 19 mai 1925 dans un accident d’avion.

L’allée de l’adjudant Foiny prend son nom actuel par délibération du 26 mai 1961.

Le Cercle généalogique de Touraine a publié un article sur les Tulasne, que vous trouvez ici et vous pouvez consulter le site aéroplane de Touraine ici,  pour en savoir plus sur Jean Foiny.

arabesqueSource
– Gascuel, op. cit.

Challenge AZ 2020

Publié dans Challenge AZ, Challenge AZ 2021, Personnalités tourangelles, Petite histoire de la Touraine

X comme…MoineauX

Jacques Joseph Désiré Moineau, plus connu sous son nom de plume, Jules Moinaux(1), est un écrivain et humoriste français, dramaturge, chroniqueur et librettiste. Né à Tours le 24 octobre 1815 au 34 rue Eugène Sue (ancienne rue des Anges) (voir on acte de naissance ici), il est le fils de Jacques Joseph Moineau, ébéniste, et d’Anne-Françoise PHILIPPE.
Jules Moinaux commence par apprendre le métier de son père, puis il devient employé aux écritures dans une grande banque. Mais rapidement, il préfère vivre de sa plume, et devient journaliste et rédacteur-sténographe au Palais de justice de Paris.

Dès la fin des années 1840, il commence à écrire des pièces comiques qui remportent un franc succès. À partir de 1853, son talent comique est remarqué par Jacques OFFENBACH, pour qui il écrit Pépito et Les Deux Aveugles (1855). Il devient chroniqueur judiciaire à La Gazette des Tribunaux et au Charivari. Il s’inspire des débats des procès correctionnels et en profite pour faire la satire de son époque : il souligne d’un trait acéré, l’aspect burlesque des petites scènes de prétoire.

« Vous êtes un des conteurs les plus originaux et les plus désopilants qui aient jamais existé dans notre pays de France. Vous puisez à la source inépuisable de la perversité, ou plutôt de la bêtise humaine ; car ce qui fait le mal en ce monde, ce n’est pas la méchanceté, c’est la bêtise. »

Alexandre Dumas fils, préface de Le Bureau du commissaire, 1886

Jules Moinaux est le père de Georges Courteline. Il meurt le  à Saint-Mandé.
La maison natale de Jules Moinaux, construite au XVIè siècle, se situe au 34 rue Etienne-Marcel à Tours. Elle est classée au titre des MH depuis 1948.

La rue Jules Moinaux, ancienne rue Molière en 1792 puis rue Saint-Pierre en 1816, prend son nom actuel par délibération du 21 octobre 1898.Rue_Moinaux

(1) « Moinaux ou Moineau ? Le patronyme semble n’avoir jamais été fixé définitivement. Le père de Joseph-Désiré inscrit son fils sous le nom de Moineau mais signe Moinaux. Un oncle, né en 1826, est enregistré sous le nom de Morinaux et opte plus tard pour Moineaux… Les générations suivantes utiliseront Moinaux ou Moineau indifféremment, sans que jamais le choix soit signifiant. » Emmanuel Haymann, Courteline, Paris, Flammarion, 1990.
arabesque
Sources
– Gascuel, op. cit.

– Viallès, op. cit.
http://www.crcrosnier.fr/preb03/moinaux-preb3.htm


Challenge AZ 2020

Publié dans Challenge AZ, Challenge AZ 2021, Personnalités tourangelles, Petite histoire de la Touraine

W comme…Wedells

Enfin une femme dans ce Challenge AZ 2021 ! (voir ici pour connaître les femmes qui  ont laissé leur nom à une rue de Tours).

Jeanne Wedells, de son nom de jeune fille, Françoise Adèle Decreuse, naît le 3 juin 1849 à Frétigney (Haute-Saône). D’une famille modeste, elle épouse un homme fortuné d’origine autrichienne, Léopold Wedells. Les Wedells possédaient un appartement, avenue de Grammont, à Tours. Devenue veuve, Jeanne Wedells s’installe dans la villa Chanteclerc à Sainte-Radegonde. Sans enfant, elle lègue une partie de sa fortune au bureau de bienfaisance de la ville. Elle décède au 24 avenue de Grammont à Tours, le 18 décembre 1921 (voir son acte de décès ici).

Autrefois rue du chemin vert, puis rue du chemin des Réaux et rue des Fallières, la rue prend son nom actuel par délibération du 24 juin 1923.
rue_Wedells

arabesque

Source
– Gascuel, op. cit.

Challenge AZ 2020

Publié dans Challenge AZ, Challenge AZ 2021, Personnalités tourangelles, Petite histoire de la Touraine

V comme…Vivier

« Je suis de souche charentaise, né par accident en Loir-et-Cher. Je suis tourangeau d’adoption. »

Encore un Tourangeau dont j’ignorais le nom et le rôle dans l’histoire locale. C’est d’autant plus étonnant qu’il a écrit de nombreux ouvrages, certes anciens, sur la Touraine. Mais ce n’est pas là son seul talent.

Paul-Robert Vivier est né à Chitenay (Loir-et-Cher) le 14 août 1891, dans une famille modeste (son père est menuisier et sa mère institutrice). Il fait des études à Blois, au lycée Augustin Thierry, où il rencontre entre autres, Gallier, futur pharmacien et Henri Laigret, médecin qui a découvert le vaccin contre la fièvre jaune avec un certain Sellards. Il obtient son baccalauréat en 1910 puis poursuit ses études à Lyon (classes de khâgne et d’hypokhâgne). Il passe son agrégation d’histoire à Paris en 1914. Il entre dans l’enseignement, d’abord à Angoulême, puis à Strasbourg et ensuite au Lycée Descartes de Tours. Il est ensuite nommé inspecteur d’Académie. À partir de 1940, il achète une maison située 1 rue François Arago à Tours (il habitait auparavant en location, rue Jourdan puis impasse Heurteloup).
Vétéran de la Première mondiale*, il est révoqué en 1942 du fait de son appartenance à la Franc-maçonnerie. Il rejoint alors la résistance et protège des communistes, des Juifs, des prisonniers de guerre, des évadés, favorise leur passage en zone libre et transporte du courrier clandestin. A la Libération, il est nommé Préfet d’Indre-et-Loire. En 1946, Robert Vivier est nommé inspecteur général de l’Instruction Publique. Promu officier de la Légion d’Honneur (il avait été nommé Chevalier en 1935), au titre du ministre de l’Intérieur, il prend sa retraite de Préfet en 1948 pour devenir Inspecteur général honoraire de l’Instruction Publique et Préfet honoraire. Il milite au sein de la Ligue Française de l’Enseignement, de l’Université populaire ; il administre la Mutuelle générale de l’Éducation Nationale (MGEN).

Membre correspondant du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, il accomplit un travail d’historien considérable sur l’histoire de la Touraine.

Il décède le 3 septembre 1974 d’une crie cardiaque sur les marches de l’Hôtel de Ville de Tours, lors des fêtes de la Libération de la ville.

La rue prend son nom actuel par délibération du 16 février 1976.
rue_Vivier

*En août 1914, il est mobilisé et affecté au service de santé comme brancardier puis il part volontaire pour l’Armée d’Orient en 1915. Atteint de paludisme et de dysenterie, il est blessé et rapatrié en 1918 et démobilisé en 1919.
arabesque
source : musée de la résistance en ligne

Challenge AZ 2020

Publié dans Challenge AZ, Challenge AZ 2021, Personnalités tourangelles, Petite histoire de la Touraine

U comme…Ursulines

Après les lettres I et K, nouvelle entorse avec la lettre U. En effet, je ne vais pas vous parler d’une personne mais d’une communauté, celles des Ursulines, dont la membre la plus célèbre s’appelle Marie Guyart.
Le couvent des Ursulines est fondé en 1619 et établi en 1625 à la Petite Bourdaisière. (selon Gascuel, les Ursulines s’installent à Tours en 1620 et d’après le site des Ursulines de l’Union romaine, les Ursulines s’installent à Tours en 1622). Et quoi d’autre ? Rien puisque l’histoire des Ursulines de Tours est ensuite éclipsée _dans les textes contemporains du moins_ par l’histoire de Marie Guyart, devenue Marie de l’Incarnation, fondatrice des Ursulines de Québec.

Autrefois grand chemin de la Porte Neuve, puis rue du Poitou et rue de Voltaire, la rue prend son nom actuel par délibération du 10 août 1816.
rue_Ursulines (2)

Le commentaire de la guide
Des anciens bâtiments conventuels subsiste un grand bâtiment rectangulaire accompagné de deux pavillons, la nef de la chapelle Saint-Michel, attenante au logis de la Petite Bourdaisière. En revanche, la chapelle Saint-Joseph, édifiée en même temps que le logis de la Petite Bourdaisière, a été démolie en 1948.
La chapelle Saint-Joseph et les façades de la chapelle Saint-Michel sont inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du 15 décembre 1941 (un nouvel ermitage St-Joseph est construit en 1985, identique à celui détruit en 1948).
L’ancien couvent accueille aujourd’hui Conservatoire régional de musique (création de l’Ecole de musique de Tours en 1876, qui devient Ecole Nationale de Musique en 1885 puis succursale du Conservatoire de Paris en 1925, puis Conservatoire National de Région en 1968).
arabesque
Sources
– Ranjard, La Touraine archéologique
– Gascuel, op. cit.
– site des Ursulines de l’Union romaine

Challenge AZ 2020