Publié dans Généalogie, Qui sont mes ancêtres ?

Mes ancêtres et le mariage (2)

Je me suis déjà interrogée sur le mariage et mes ancêtres (ici et ). Les conclusions de ces deux articles sont que lorsque les futurs époux m’habitent pas la même commune, c’est en général dans celle de la future mariée qu’a lieu le mariage. De plus, près de 63% des mariages ont lieu un lundi ou un mardi, 70% sont célébrés en février, juin, juillet ou novembre.


J’ai trouvé le mariage de 417 couples de sosa. A ces mariages, il faut ajouter des remariages pour 100 d’entre eux, soit presque un quart de mes ancêtres. Parmi ces remariages, 85 ancêtres convolent en secondes noces, 13 ancêtres se marient trois fois, 2 ancêtres font des quatrième noces. 58 % des remariages concernent des hommes et 42% concernent des femmes.


Mes 2 ancêtres ayant contacté le plus de mariages (4 unions) sont Gatien BARON (sosa 904), et Jeanne SEPTIER (sosa 4055). Gatien se marie en 1680, 1682, 1685, 1702 ; il a 25 ans lors de son premier mariage et 47 ans lors du dernier. Il meurt en 1728 à l’âge de 73 ans, en laissant une veuve de 59 ans. Jeanne se marie en 1695, 1701, 1720, 1725 ; elle a 17 ans lors de son premier mariage et 47 ans lors du dernier. Je ne sais pas si elle survit à son dernier mari.

Mon ancêtre femme la plus jeune à se marier est Marie GASCHEAU (sosa 1845), 13 ans et 8 mois, mariée à Jean CHANTEREAU (sosa 1844), 22 ans et 8 mois, le 21 novembre 1668 à Monts. Elle est aussi le plus jeune veuve (18 ans et 8 mois 1/2) puisque Jean meurt le 14 décembre 1673. Jean n’a que 27 ans. NB : ils tous les 2 nés un 29 mars. Elle est la plus jeune veuve à se marier puisqu’elle épouse Mathurin Cholet le 11 février 1675, à l’âge de 19 ans et 10 mois 1/2. Elle est veuve pour la seconde fois à l’âge de 47 ans et 2 mois. Elle ne semble pas se remarier ensuite.

Mon ancêtre femme la plus âgée à son mariage (avec un de mes sosa) est Louise DELABARRE (sosa 3047), veuve de 55 ans, mariée à Pierre DEBAUGÉ (sosa 3044), veuf de 56 ans et 10 mois, le 4/7/1685 à Savigné-sur-Lathan. Un an avant leur mariage, le fils de Pierre avait épousé la fille de Louise.

Mon ancêtre femme, non veuve, la plus âgée à son mariage est Catherine GUIBERT (sosa 57), célibataire de 35 ans et 11 mois, mariée à Jacques BULLOT (sosa 56), veuf de 51 ans et 2 mois, le 28/6/1859 à Thilouze.

Et les hommes dans tout cela ?

Pour les hommes, ça donne…
– Mon ancêtre homme le plus jeune à se marier (avec une de mes ancêtres) : Nicolas BARRAULT (sosa 3674), 16 ans et 6 mois, marié à Jeanne Rolland (sosa 3675), le 20 février 1675 à Thilouze.
François BERGE (sosa 202), 14 ans et 7 mois est en réalité mon ancêtre le plus jeune à se marier mais il épouse Gabrielle Girard, qui n’est pas une de mes sosa (le 26 juin 1776 à Vendeuvre-du-Poitou). François fait partie de mes ancêtres qui se marient 3 fois.
– Mon ancêtre homme le plus jeune veuf : ce n’est pas René GUIBERT (sosa 1824,) veuf à 27 ans, 5 mois et 14 jours (le 23 juin 1684) mais Gatien BARON (sosa 904), veuf à 27 ans et 20 jours (le 22 avril 1682).
– Mon ancêtre homme le plus jeune veuf à se remarier : Gatien BARON (sosa 904), qui se remarie à 27 ans, 2 mois et 28 jours.
– Mon ancêtre homme le plus âgée à son mariage (avec une de mes sosa) : André DOUAULT (sosa 352), veuf, 61 ans et 11 mois, marié à Louise Chasles (sosa 355), veuve, le 1er juin 1795 à Courléon.
– Mon ancêtre homme le plus âgée à son mariage (avec une femme non sosa) : Etienne BOILEAU (sosa 52), veuf, 69 ans et 8 mois, marié à Marie Tournois (le 27 octobre 1891 à Heugnes).
– Mon ancêtre homme le plus âgée à son mariage (hors veuf) : Bénin BULLOT (sosa 224), 43 ans, marié à Catherine BOUGRIER (sosa 225), 28 ans, le 28 avril 1772 à Louans.

 

Le graphique 1 (intervalle d’analyse : 5 ans) est plus précis mais moins lisible. Le graphique 2 (intervalle d’analyse : 10 ans) permet de constater que les époux sont quasiment systématiquement plus âgés que les épouses (sauf pendant les décennies 1810-1820, 1840-1850 et 1910-1920, et plus précisément entre 1735 et 1740, 1815-1820, 1845-1850, 1910-1915) et que l’âge des hommes et des femmes à la première union suivent sensiblement la même courbe (quand l’une monte, l’autre aussi et inversement).

La moyenne d’âge à la première union est de 27,4 ans pour les hommes et 23,8 ans pour les femmes.

Le veuvage le plus court revient à Gatien BARON qui se remarie 2 mois et 3 jours après le décès de sa première femme (il se remarie 3 mois et 20 jours après le décès de sa deuxième femme puis 19 mois et 4 jours après le décès de sa troisième femme, mon ancêtre). Il devance d’un cheveu Etienne Bullot (sosa 896), qui se remarie après seulement 2 mois et 13 jours après le décès de sa femme, Marie Tardiveau (sosa 897, décédée le 23 avril 1700 à Louans).
Agathe REQUIEN (sosa 737) n’est pas en reste avec un veuvage de 4 mois et 22 jours, après le décès de son époux, Joseph Livoireau (sosa 736), le 1er juillet 1711 à Challonnes-sous-le-Lude.

Le mariage le plus court est celui de Catherine QUANTIN (sosa 227) et Jean BARON (sosa 226). Ils se marient le 27 août 1781 à Louans. Après 25 mois et 17 jours de mariage, Catherine meurt à l’âge d’un peu plus de 37 ans.
Gatien BARON (sosa 904), qui est déjà mon ancêtre qui contracte le plus grand nombre de mariages, celui qui veuf le plus jeune et le reste le moins longtemps, est aussi l’un de ceux qui restent mariés le moins longtemps (avec une femme ne faisant pas partie de mes sosa) avec un mariage de 21 mois et 14 jours, entre le 08 juillet 1680 et le décès de sa première épouse, Mathurine Malpièce, le 22 avril 1682 (son deuxième mariage dure 28 mois et 15 jours, son troisième mariage avec mon ancêtre, Marie Osnet, dure 5 ans et 6 mois, et son quatrième mariage dure 26 ans et 1 mois). Mais loin devant lui, il y a Louis FOURRIER (sosa 188), qui ne reste marié à sa deuxième femme, Marie Vinet, que 4 mois et 1 jour (du 20/04/1789 au 21/08/1789). Il s’était marié avec elle après 6 mois de veuvage.

Le mariage le plus long est celui de François PERDREAU (sosa 124) et Victoire DOUJEE (sosa 125) entre le 22 décembre 1834 et le 10 juin 1891 (décès de Victoire), soit 56 ans et 6 mois et demi.

Le mariage le plus ancien que j’ai trouvé est celui d’Hélie LEROULX (sosa 7342), notaire et procureur de la baronnie d’Artannes, et Marie JOUBERT (sosa 7343), fille de Michel Joubert, greffier de la baronnie d’Artannes, le 25 juin 1612 à Villeperdue.

En moyenne, la différence d’âge entre les époux est de 6,5 ans, l’homme étant plus âgé. Mais comme dans toutes les moyennes, les écarts peuvent être très importants. C’est le cas de Louis FOURRIER (sosa 188) et Marie Anne SABOURIN (sosa 189), mariés le 9 février 1790 à Parçay-les-Pins, qui ont 32 ans d’écart (lui est né le 3 août 1732 à Parçay-les-Pins, elle est née le 13 mars 1764 à Courléon).
Joseph MINGAULT (sosa 898) et Renée THOMAS (sosa 899), eux, n’ont que 25 jours d’écart ; elle est née 13 février 1670 à Louans, lui est né le 10 mars 1670 à Sainte-Catherine-de-Fierbois.

En ce qui concerne le nombre d’enfants que mes ancêtres ont eu, on l’a vu la semaine dernière (rewind ici) : mes couples ont en moyenne 3 enfants (150 couples ont de 4 à 7 enfants soit 38,07%, 52 ont 8 enfants ou plus soit 13,20%, 192 ont 3 enfants ou moins soit 43,73%).

Nb_enf_par_union_nov_2018

Les deux familles les plus nombreuses parmi mes ancêtres sont celles de Jean Cimetière et Anne Bellebeau, et de François Dano et Jeanne Le Peltier, qui ont 16 enfants.
En ce qui concerne les jumeaux, j’en ai trouvé 14, 4 du côté paternel et 9 côté maternel.

Fratrie_avec_jumeaux

Laissons un peu les chiffres pour parler des mariages insolites ou du moins, plus originaux que l’ordinaire. On a tous dans nos arbres, des fratries qui se marient le même jour, sans doute pour diminuer les frais de noces. On a parfois aussi des fratries qui se marient avec d’autres fratries, peut-être pour ne pas éparpiller l’héritage. On peut même avoir des fratries qui se marient le même jour avec d’autres fratries. En ce qui me concerne, j’ai trois frères et sœur qui épousent trois sœurs et frère, le même jour. Jacques RABIER (sosa 480), Jean Rabier et Elisabeth Rabier, enfants de Jean Rabier et Anne Gautier, se marient respectivement avec Jeanne FOURRé (sosa 481), Madeleine Fourré et Jean Fourré, enfants de Claude Fourré et Madeleine Gaultier (note pour plus tard, chercher s’il y a une parenté entre Anne Gautier et Madeleine Gaultier). Ils se marient tous les six le 16 février 1756 à Vicq-sur-Nahon (Indre).


J’ai d’autres ancêtres qui se marient le même jour dans la même commune mais ils ne sont pas frères et sœurs. Le 10 février 1664, Jacques Bougrier (sosa 1800), Jeanne Honet (sosa 1801), René Fillon (sosa 4072) et Perrine Clavier (4073) se marient dans la commune de Saint-Branchs, en Indre-et-Loire. Peut-être se connaissaient-ils ?

10_février_1664_St_Branchs_6NUM7.211.002_p278
Source : AD 37


Je continue avec les mariages peu communs.

Pierre DEBAUGÉ a fait deux mariages insolites. Le 19 janvier 1651, il épouse Marie PAYS (sosa 3045) : «Pierre fils de deffunct Urbain Debaugé et de Marie Renault à présent femme de Jean Pays avecque Marie fille dud. Pays et de deffuncte Marie Huet aussi ses père et mère», c’est -à-dire qu’il se marie avec la fille de son beau-père, le second mari de sa mère (mais pas de dispense mentionnée lors de ce mariage, pourtant, il existe de nombreuses causes d’empêchements donc de nombreuses dispenses concernant les mariages).
Et le 4 juillet 1685, il épouse en secondes noces, Louise Delabarre avec laquelle il bénéficie d’une dispense d’empêchement pour cognation spirituelle. En effet, Louise DELABARRE est la belle-mère de son fils Urbain, c’est-à-dire la mère de sa bru.

(C) AD37

Même chose avec André Douault (sosa 352) qui contracte un mariage avec la mère de sa bru, Louise Chasles (sosa 355).


Et voici une infographie ! C’est en voyant celles de Patricia lors du Challenge AZ 2017, que j’ai eu envie d’essayer. Pour la première, on va dire que j’ai testé le logiciel et que je me suis amusée.

Infographie_mariage.png
Illustrations : les mariés dans un cœur et le cupidon (libres de droits), Staci et Baby Boss (C)Dreamworks, Carl Fredricksen (C)Pixar, Mama Coco (C)Walt Disney, les mariés en voiture (C)Pinterest

 

 

 

 

Publié dans Challenge AZ, Challenge AZ 2018, Généalogie, Qui sont mes ancêtres ?

Z comme…celle qui était la petite dernière

Z comme…Zoé ROYER

Fiche d’identité
Nom : ROYER
Prénom : Zoé
Numéro SOSA : 51

Date de naissance : 01/02/1840
Lieu de naissance : Thurageau (Vienne)
Date de décès : 08/02/1883
Lieu de décès : Vendeuvre-du-Poitou (Vienne)

Père : ROYER Jean
Mère : MAUGIN Thérèse
Frères et sœurs : Jean (°1822), Augustin (°1825), Thérèse (°1827), Marie (°1830), Alexis (°1834), Alexandre

Conjoint : AUCLERQ Auguste-Pierre
Date de l’union : 02/06/1859
Lieu de l’union : Thurageau (Vienne)

Enfants : Marie Adélaïde  (sosa, 1860-1910/), Célestin (1862-1948), Gustave (°1865), Eugène (°1867), Eugénie (°1870), Virginie (°1874)

Profession : sans profession en 1859 et 1883

Zoé Royer est celle qui était la petite dernière.
Zoé est la dernière de ce challenge mais c’est aussi le dernière de sa fratrie. Elle naît 18 ans après le mariage de ses parents. Jean, son père, a 40 ans et sa mère, Thérèse, environ 42 ans. Ils ont déjà 5 (ou 6) enfants dont le plus âgé, Jean, a 18 ans. Dans les recensements de Thurageau de 1841, seuls Thérèse, Alexandre (Alexis ? ) et Zoé vivent avec leurs parents.
Note amusante de l’agent recenseur, en 1851, Zoé vit du travail de ses parents (précision pour tous les enfants sans profession vivant chez leurs parents, qu’ils aient 21 ou 4 ans).
ArticlesUne autre de mes ancêtres a ce statut de benjamine, Anne Sainte (sosa 181). Septième de la fratrie, elle naît 17 ans après le mariage de ses parents.

 

Challenge AZ 2017

Publié dans Challenge AZ, Challenge AZ 2018, Généalogie, Qui sont mes ancêtres ?

Y comme…celui qui avait survécu a son petit-fils.

J’ai trois ancêtres prénommés Yves, Yves Lecorre (sosa 348), Yves Lebrun (sosa 326), Yves Ruaud (sosa 340).

Articles

Y comme…Yves LE CORRE

Fiche d’identité
Nom : LE CORRE

Prénom : Yves
Numéro SOSA : 348

Date de naissance : ?
Lieu de naissance : ?
Date de décès : ? après 18/02/1784
Lieu de décès : Bretagne

Père : ?
Mère : ?
Frères et sœurs : Jean

Conjoint : ?
Date de l’union : ?
Lieu de l’union : Bretagne

Enfants : Julien, François, Mathurin, Jean

Profession : ?

Yves Le Corre est celui qui avait survécu à son petit-fils.
Le petit-fils auquel Yves Le Corre survit, c’est Jean Joseph, le fils de Julien et Louise Christel, né le 18 janvier 1782 à Elven et décédé le 17 février 1784.

DC_enf Le Corre_Christel_1784_p.269.jpg
(C) AD56, Elven, 1784

« Le dix huit février mil sept cens quatre vingt quatre a été inhumé dans le cimetière le
corps de jean Le corre fils de julien Le corre et de Louïse cristel, décédée hier au villa
ge de Lahaye bellfontaine, agé de deux ans : présens le dit julien Le corre père, Yves Le
corre ayeul et jean Le corre oncle, qui ont déclaré ne scavoir signer de ce interpellés. »

Il survit aussi à sa bru, Louise Cristel, la mère de Jean Joseph Le Corre (ci-dessus), morte un an après son fils, le 19 avril 1785.

DC_Christel_femm_Le_Corre_Elven_1785_p.298.jpg
(C) AD56, Elven, 1785

« Le vingtième jour d’avril mil sept cens quatre vingt cinq a été inhumé dans le cimetière
le corps de Louise cristel femme de julien Le corre, décédée hier au village de la haye belle fon
taine, munie des sacrements de l’Eglise, agée de quarante un ans présens le dit julien Le corre
son mari, Yves Le corre son beau-père et jean Le corre, qui ont déclaré ne scavoir signer
de ce interpellés. »

 

Challenge AZ 2017

Publié dans Challenge AZ, Challenge AZ 2018, De père en fils, Généalogie, Qui sont mes ancêtres ?

X comme…celui qui n’avait pas assisté au mariage de son fils, celle qui avait assisté à la sépulture de son père.

X comme…XAINTE Urbain
X comme…XAINTE Anne

Articles

X comme…XAINTE Urbain
Fiche d’identité 

Nom : XAINTE
Prénom : Urbain
Numéro SOSA : 1448

Date de naissance : x (pê le 06 juin 1647 à Brain)
Lieu de naissance : x
Date de décès : x (avant le 1 juillet 1723, peut-être le 06 février 1704 à Brain)
Lieu de décès : x

Profession : homme de peine

Père : x
Mère : x
Frères et sœurs : x

Conjoint 1 : ? (peut-être Marguerite Gallet le 11 septembre 1677 à Allonnes)

Conjoint 2 : HUET Perrine (sosa)
Date de l’union : 27/06/1689
Lieu de l’union : Brain-sur-Allonnes (Maine-et-Loire)

Enfants : Perrine (°1690), Marie (1693-1700), Urbain (sosa, 1696-1772), Jeanne (°1698), René (°1700), Médard (°1703).

Urbain Xainte est celui qui n’avait pas assisté au mariage de son fils.
Le titre est plein de promesses, l’explication plus prosaïque.
Pourquoi il n’a pas assisté au mariage de son fils ?! Bah, il n’a pas pu, il était déjà mort.

Urbain naît probablement dans la seconde moitié XVIIè siècle, en Anjou, aux alentours de Brain-sur-Allonnes, en hiver, ou peut-être au printemps. Le jour même ou quelques jours après, son père le fait baptiser dans l’église paroissiale du village. Urbain est peut-être le premier enfant du couple, ou pas. Peut-être est-il le premier fils, ou pas. Peut-être est-il le dernier né, ou pas.
Il se marie le 27 juin 1689 à Brain-sur-Allonnes avec Perrine Huet. Dans l’acte de mariage, on apprend qu’il est veuf.
Leur premier enfant naît un peu plus d’1 an après le mariage, le 20 août 1690. C’est une fille ; elle s’appelle Perrine. Puis suivent 5 autres enfants, 2 filles, Marie, née le 04 septembre 1693 et Jeanne, née le 25 mai 1698, et 3 fils, Urbain, né  25 septembre 1696 (mon sosa), René, né le 06 septembre 1700 et Médard, né le 26 janvier 1703.
Urbain a un certain âge (peut-être 49 ans) au moment de la naissance de son fils Urbain en 1696. Médard Xainte et Marie Xainte sont choisis pour être le parrain et la marraine. Médard est probablement un membre de la famille (son oncle ? son cousin ? ), ce n’est pas indiqué par le curé, qui précise toutefois que le parrain est un « garçon » (il est célibataire). Marie, quant à elle, est « sa sœur » (née en 1693).

Naiss Xainte epx Robain Brain 1696
(C) AD49

Lorsqu’Urbain fils (mon sosa 724) se marie le 1er juillet 1723 à Brain-sur-Allonnes, ses parents sont morts, mais sont présents Médard, son frère (né en 1703) et Médard son cousin (son parrain ?).

Mar Xainte Robin Brain 1723
(C) AD49

Articles

X comme…XAINTE Anne

Fiche d’identité

Nom : Sainte/XAINTE
Prénom : Anne
Numéro SOSA : 181

Date de naissance : 28/08/1765
Lieu de naissance : Brain-sur-Allonnes
Date de décès : 18/06/1810
Lieu de décès : Brain

Père : Urbain Xainte
Mère : Marie Chevré
Frères et sœurs : Urbain (°1753), Médard (°1755), Madeleine (°1756), Anne (°1762), Anne Michèle (°1764), Jeanne (°1766), Jean, Pierre.

Conjoint 1 : Nicolas Taveau (x 14 janvier 1793 à Brain-sur-Allonnes)
Conjoint 2 : Julien Fontaine (sosa)
Date de l’union : 21 germinal an IV (10/04/1796)
Lieu de l’union : Brain-sur-Allonnes (Maine-et-Loire)

Enfants : Julien (1798-1852),Urbain (ca 1801-), Maurice (ca 1803-)

Anne Xainte est celle qui a assisté à la sépulture de son père.
Anne est l’arrière-petite-fille d’Urbain, le précédent. Elle n’a pas une longue vie puisqu’elle meurt à l’âge de 40 ans. Elle est orpheline de père à 20 ans, elle se marie à 27, elle accouche de son premier enfant à 29. En 1789, à la mort de son père, elle est présence à la sépulture, tout comme certains de ses frères et sœurs, Médard, Jean et Jeanne.

 

Challenge AZ 2017

Publié dans Challenge AZ, Challenge AZ 2018, Généalogie, Qui sont mes ancêtres ?

W comme…ceux qui s’appelaient Guillaume.

Bayeux_Tapestry_scene44_William_Odo_Robert
Tapisserie de Bayeux

 

Je n’ai pas d’ancêtres d’origine germanique, Allemands, Hollandais, Belges, ou Autrichiens. Je n’ai donc pas de Willhelm parmi mes ancêtres. Je n’ai pas non plus d’ancêtres anglo-saxon, donc pas de William.
En revanche, j’ai 5 Guillaume (ça ne vous rappelle rien ? Pas même la lettre K ? ) :

– Guillaume Anguille (sosa 14670), époux de Jacquette Devault (sosa 14671) et père de Catherine (sosa 7335),
– Guillaume Debaudre (sosa 7722), époux de Claude Devineau et père de Françoise (sosa 3861),

– Guillaume Fourrier (sosa 1504), père de Louis (sosa 752),
– Guillaume Ruaud (sosa 672), père de Julien (sosa 336),

– Guillaume Thébaud (sosa 342) fils de Joseph et époux de Julienne Le Faucheux (x 03-11-1745, Elven).

Comment choisir ? Voyons ce que je sais de chacun.
Guillaume Anguille (sosa 14670) est l’époux de Jacquette Devault (sosa 14671) et le père de Catherine (sosa 7335)… et c’est tout.
Guillaume Debaudre (sosa 7722) est l’époux de Claude Devineau et le père de Françoise (sosa 3861)… et c’est tout.
Guillaume Fourrier (sosa 1504) est le père de Louis (sosa 752)…et c’est tout.
(Le Challenge se termine et c’est ti pas que ce sont les derniers ancêtres qui vont me poser un vrai gros problème ! Et bien si, car pour l’instant, je n’ai pas plus d’informations en ce qui concerne mes Guillaume. Que t’chi, nada, niente, walou, peanuts, que dalle ! Plus que 2 Guillaume !)
Guillaume Ruaud (sosa 672) est le père de Julien (sosa 336)…et c’est tout.
Bon, bah, je choisis Guillaume Thébaud (sosa 342), fils de Joseph et époux de Julienne Le Faucheux.

Le titre est assez vague pour me laisser toute latitude. Alors, j’y vais.

W comme celui qui s’appelait Guillaume

Fiche d’identité

Nom : THEBAUD
Prénom : Guilaume
Numéro SOSA : 342

Date de naissance : ?
Lieu de naissance : ?
Date de décès : ? (après le 24 avril 1775)
Lieu de décès : (Morbihan)

Père : Joseph Thébaud
Mère : ?
Frères et sœurs : ?

Conjoint : Julienne Le Faucheux
Date de l’union : 03/11/1745
Lieu de l’union : Elven (Morbihan)
Enfants : Gilles (1746-1749), Pierre (°1748-1749), Joseph (°1750-1759), Jeanne (sosa, °1752), Janne (°1754), Louise (°1756), Marie Janne (°1761), Jan Louis

Donc, Guillaume Thébaud est le fils d’un certain Joseph. En 1745, il épouse Julienne Le Faucheux avec qui il a au moins 8 enfants entre 1746 et 1761, dont les 3 premiers meurent jeunes ou en bas-âge.
Il vit assez vieux pour connaître les enfants de sa fille Jeanne (ses petits-enfants donc), notamment Jeanne (1771) au baptême de laquelle il assiste (« Guillaume Thébaud ayeul »). Il assiste aussi à sa sépulture 1 mois plus tard (dans l’acte de sépulture, sa parenté n’est pas précisée). Trois ans après, en 1775, naît Pierre Marie. Guillaume assiste à sa sépulture 1 mois après (« Guillaume Thébaud ayeul »). 
Les actes de naissance et décès de ses petits-enfants nous permettent de découvrir que Guillaume ne sait pas signer, contrairement à son gendre, Julien Ruaud (le mari de sa fille Jeanne) et son fils Jan Louis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Challenge AZ 2017

 

Publié dans Challenge AZ, Challenge AZ 2018, Généalogie, Qui sont mes ancêtres ?

V comme…celle qui était morte le jour de son anniversaire et celui qui était inhumé le lendemain de son décès

V comme…VAUCELLE Françoise
V comme…VAUCELLE René
ArticlesHappy_Birthdaydeath

V comme…VAUCELLE Françoise

Fiche d’identité
Nom : VAUCELLE, VOCEL, VAUSSEL
Prénom : Françoise
Numéro SOSA : 375

Date de naissance : 15/05/1730
Lieu de naissance : Clefs (Maine-et-Loire)
Date de décès : 15/05/1801
Lieu de décès : Pontigné (Maine-et-Loire)

Profession : journalière

Père : René Vaucelle
Mère : Françoise Roisnay
Frères et sœurs : Françoise (1720-1720), Marie (1721-), René (1722-1722), Anne (1724-1725), René (°1726-)

Conjoint : François Montprofit
Date de l’union : 20/07/1747
Lieu de l’union : Clefs (Maine-et-Loire)

Enfants : Jacques (°1748-), Jacquine (°1749-), Marie (sosa, 1750-1827), François (°1757-)

Françoise Vaucelle est celle qui était morte le jour de son anniversaire.
On dit souvent qu’en cherchant bien, on arrive toujours à trouver des dates récurrentes dans la vie d’une personne, des dates qui marquent des événements particuliers, ou qui se répètent de génération en génération (les coïncidences de date sont appelées Syndrome d’anniversaire par Anne Ancelin Schützenberger qui a écrit sur le sujet Aïe, mes aïeux).

naiss Vaucelle Frçse
(C) AD49

DC Vaucelle épse Montprofit
(C) AD49

Et puisque les dates semblent se jouer du hasard, notons que parmi les enfants de Françoise et François, 2 enfants sont nés un 25 décembre, Jacques et Jacquine, respectivement en 1748 et 1749.

Un autre de mes ancêtres est né et mort le même jour, René Requien, mon sosa 2948, né 8 janvier 1604 à Dénezé, et mort le 8 janvier 1653 Meigné-le-Vicomte. Mais comme ça ne marche pas à tous les coups, je ne lui ai pas trouvé de syndrôme d’anniversaire.

ArticlesV comme…VAUCELLE René

Fiche d’identité
Nom : VAUCELLE
Prénom : René
Numéro SOSA : 750

Date de naissance : vers 1693 (ou vers 1681)
Lieu de naissance : ? (Maine-et-Loire ?)
Date de décès : 14/11/1752
Lieu de décès : Clefs (Maine-et-Loire)

Profession : cardeur de laine (1719), bécheur (1720, 1721, 21-10-1722, 1730), closier (9-10-1722), journalier (1728)

Père : Jacques Vaucelle
Mère : Perrine Leconte
Frères et sœurs : Jacques 

Conjoint : Françoise Roisnay
Date de l’union : 28/11/1719
Lieu de l’union : Clefs (Maine-et-Loire)

Enfants : Françoise (1720-1720), Marie (°1721), René (1722-1722), Anne (1724-1725), René (°1726), Jacques (1728-1728), Françoise (sosa, 1730-1801)

René Vaucelle est celui qui était inhumé le lendemain de son décès.
J’aurais voulu trouver un ancêtre qui était baptisé le jour de sa naissance, pour faire écho à Francoise Vaucelle mais, tous mes sosa dont le patronyme commence par un V sont nés à une époque où le baptême est plus important que la naissance, qui n’est, du coup, pas précisée par le curé du lieu. Alors, je me tourne vers les décès et inhumations.

DC Vaucelle René.jpg
(C)AD49

L’acte de sépulture nous apprend que René Vaucel est inhumé le quinzième jour de novembre mil sept cent cinquante deux dans le cimetière qui joint l’église à l’âge de « souhaisantes onzes ans ou environ décédé de hier ». « Environ », je confirme car même si je n’ai pas trouvé la date de naissance de René, ça ne colle pas avec son âge lors de son mariage.

mar Vaucelle Roisne Clefs 1719
(C)AD49

« Le vingthuictiesme jour du mois de novembre mil sept cens dix neuf
après la publication de bans de mariage faitte en cette eglise les dimanches
douze, dix neuf et vingt six du courant  et les fiançailles aiant esté
faites ont esté espouzés par nous prestre curé de Clefs soussigné René Vaucelle
cardeur de laine âgé de vingt six ans ou environ fils de deffucnt jacques vaucelle […] »

Donc, en 1752, René aurait environ 71 ans (il serait né vers 1681) et en 1719, il aurait environ 26 ans (il serait né vers 1693). J’ai donc une période de recherche de 12 ans pour sa naissance (entre 1681 et 1693). J’aurais tendance à pencher pour une naissance vers 1693 car c’est l’âge donné au mariage et il est plus logique de se tromper après 60 ans de vie que 26 ans de vie (de plus, la personne concernée est présente dans le premier cas et morte dans le second donc ne peut pas donner son âge qui est estimé par des tierces personnes plus au moins au courant)(1).

Mais ce n’est pas la seule particularité de mon ancêtre. René sait signer (voir actes de baptême de ses enfants, François (1720), Marie (1721), René (1722), Anne (1724), Jacques (1726) et l’acte de mariage de son frère). Pourtant, il n’est « que » cardeur de laine. Son frère aussi sait signer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enfin, seuls 3 de ses 7 enfants atteignent l’âge adulte ; les 4 autres meurent après quelques mois de vie seulement.

(1) Je n’ai pas trouvé de naissance à Clefs entre 1683 et 1693.

Challenge AZ 2017