Publié dans Généalogie, Qui sont mes ancêtres ?

Mes ancêtres savignéens

Dans la série « mes ancêtres » (voir ici), je poursuis avec ceux de Savigné-sur-Lathan.

Savigné se situe à l’Est du département de l’Indre-et-Loire, depuis la création du département de l’Indre-et-Loire. Auparavant, elle était situé en Anjou. Savigné fait donc partie de ce qu’on appelle la Touraine angevine (1).

Aujourd’hui (2016), la commune compte 1362 habitants tandis qu’en 1793, elle en comptait 1037. Entre 1871 et 1982, le nombre d’habitants était passé sous la barre des 1000 âmes. (Sources : Ldh/EHESS/Cassini et Insee)

Les armoiries de la commune (1971) se blasonnent ainsi : De gueules à la tour d’argent, accostée de deux fleurs de lys d’or, au chef aussi d’argent chargé d’une patte de griffon de sinople.
Les fleurs « de lys » representent l’aide royale de François II en 1559 au seigneur Jacques du Bellay pour fortifier Savigné en ville close, la 32ème d’Anjou.

La patte de griffon de la famille de la Primaudaye représente l’emprise des huguenots sur les catholiques, cause des fortifications autour du fief de la cour Isoré et ville de Savigné. (source : Savigné, site officiel)

Le village possède toujours ses fortifications et ses douves, que la tradition situe en 1559 et attribue à Jacques Du Bellay, seigneur de Gizeux, cousin germain du fameux poète Joachim Du Bellay, pour de protéger le village des attaques huguenotes. En réalité, ces constructions dateraient plutôt de 1588 pour prémunir les habitants des débordements du ruisseau de Champchevrier (le Lathan aujourd’hui) et seraient l’œuvre de René Du Bellay, fils de Jacques et sa de cousine Marie, dont on voit encore aujourd’hui les tombeaux dans l’église paroissiale de Gizeux. (source : Savigné, site officiel)

10Fi_112_0001.jpg
(C)AD37, 10Fi-112-0001

Ci-dessous, deux éventails situent mes ancêtres savignéens.

Ancêtres_Savigné
LEGENDE ancêtre racine : Madeleine Tulasne
Ancêtres_Savigné_G10
LEGENDE
ancêtre racine : Anne Livoireau (mon AAGM)
jaune : Madeleine Tulasne
gris : n’ont jamais vécu à Savigné
bleu : ont vécu à Savigné

L’une de mes ancêtres la plus lointaine est Mathurine Chéziere, sosa 12279. Je ne connais ni son lieu de naissance ni celui de son mariage avec Pierre Gouais (sosa 12278). Je sais seulement qu’elle meurt à Savigné le samedi 03 août 1630. Au moins 3 de ses enfants naissent également dans la commune, Renée et Marie, nées le 04 mai 1612, et Mathurin, né le 27 avril 1613, ce qui situe le mariage de Pierre et Mathurine avant 1612 (les registres de mariage de Savigné débutent en 1618). Et comme une autre fille, Guillemine, se marie à Savigné en 1623, on peut même placer le mariage avant 1601 (l’âge nubile pour une fille étant de 12 ans, Guillemine est née au plus tard en 1601). Mathurine a deux autres enfants identifiés, Etienne, marié à Marguerite Delestang le 02 septembre 1630 à Savigné, et mon ancêtre, Urbanne, mariée à François Gaudry le 25 juin 1630 à Savigné.

Une autre ancêtre originaire de Savigné est Julienne Desouches, sosa 12259. Comme pour Mathurine citée au paragraphe précédent, je ne sais ni où ni quand Julienne naît. Je n’ai pas non plus de détails sur son mariage avec Pierre Ploquin (sosa 12258). En revanche, je sais qu’elle meurt à Savigné le 15 juin 1627. Elle a au moins deux enfants, Olivier, marié le 20 juillet 1620 à Savigné avec Jeanne Taschereau, et Michelle, ma sosa 6129, mariée le 20 novembre 1629 avec René Rotreau (sosa 6128).

Même constant pour Gillette Baugé, femme de René Delestang (sosa 12261 et 12260). A part son décès, survenu le 26 septembre 1617 à Savigné, je ne connais rien de sa naissance ou de son mariage. Elle a au moins 4 enfants, mon sosa Eustache, Luc (1613), Renée (1615), Jacques (1617). Elle meurt très certainement des suites de son accouchement. En effet, Jacques, le dernier enfant du couple, naît le 15 septembre 1617, 11 jours avant le décès de sa mère.

Et pas mieux pour Marguerite Térode, ma sosa 12263, morte à Savigné le 06 octobre 1655. De son mariage avec Urbain Tresnert (sosa 12262), dont date et lieu me sont inconnus, naissent au moins 6 enfants, Urbanne (sosa, 1611-1650), Michelle  (1613-1657), Marguerite (1615-), Urban (1619-), Alexandre (1620-) et Jeanne (1623-1664).

Quant à Marguerite Deschamps (sosa 6135), elle meurt le 15 décembre 1697 à Savigné. Parmi les tesmoins présents à sa sépulture, un certain René Rotreau, voisin de la décédée. Or, parmi mes ancêtres, j’ai un René Rotreau (sosa 1532). Tous les deux ont une signature étrangement similaire…Similaire mais pas complètement identique.

DC_sosa_6135_mar_sosa_1532.JPG
Signature 1 issue de l’acte de sépulture de Marguerite Deschamps, sosa 6135 – signature 2 issue du mariage de René Rotreau, sosa 1532.

Autre coïncidence, René Rotreau, sosa 1532, est le mari de la petite-fille de Marguerite Deschamps, Marie Barrier (sosa 1533). Donc René Rotreau qui signe sur l’acte de sépulture de Marguerite Deschamps, serait peut-être plus qu’un simple voisin.
Autre fait « amusant », René Rotreau (sosa 3064), père du René Rotreau cité précédemment (sosa 1532), meurt à Savigné le 5 mai 1697, soit quelques mois avant Marguerite Deschamps (sosa 6135), la grand-mère de sa bru.

Et pour finir, un homme, François Gille (sosa 6142), décédé le 30 mai 1679 à Savigné.
« Le trente iesme de may 1679 est décédé françois gille
homme de peine le corps duquel le mesme jour a esté
enspulturé dans le grand cimetière par moy curé
soussigné pour lequel a esté fait le service de l’obit le
deuxiesme de juin audit an et le septiesme dudit mois a esté
fait le service du [?] en présence françois gille et jacques baranger
enfants dudit deffunct de ceste paroisse »
En réalité, Jacques Baranger est son gendre.

 

(1) La Touraine angevine correspond à la partie de l’Anjou rattachée à la Touraine en 1790, lors de la création des départements. D’autres communes font également partie de ce rattachement : Avrillé-les-Ponceaux, Benais, Braye-sur-Maulne, Bourgueil, Brèches, Channay-sur-Lathan, La Chapelle-sur-Loire, Château-la-Vallière, Chouzé-le-Sec (annexée à Château-la-Vallière), Chouzé-sur-Loire, Continvoir, Couesmes, Courcelles-de-Touraine, Gizeux, Hommes, Ingrandes-de-Touraine Lublé, Marcilly-sur-Maulne, Restigné, Rillé, Saint-Laurent-de-Lin, Saint-Nicolas-de-Bourgueil, Saint-Philibert-de-la-Pelouse, Saint-Symphorien-les-Ponceaux, Savigné-sur-Lathan, Villiers-au-Bouin.

2 commentaires sur « Mes ancêtres savignéens »

    1. Bonjour François,
      j’utilise Geneanet et Heredis. Pour Geneanet, il suffit d’aller dans l’onglet « impressions » en haut à droite, puis « arbres imprimables » puis sur la gauche, dans « modèles », choisir « éventail ». Pour mettre les couleurs, j’utilise Heredis.

      J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s