Publié dans Non classé

Le Petit Journal, 28 septembre 1917

Lorsque ma grand-mère a déménagé en 1996, elle a quitté une maison_ en fait, un ensemble formé de plusieurs maisons réunies ultérieurement (parcelles 501 et 502 du cadastre napoléonien)_ et a vidé plusieurs greniers et autres débarras dans lesquels s’accumulaient, s’entassaient, s’empilaient, depuis des décennies, divers objets de toutes sortes et de tous horizons.

Gizeux_6NUM10_112_009_Section_C2_Bourg_1829_détail.JPG
(C) AD37 numérisées, Gizeux_6NUM10/112/009_Section_C2_Bourg_1829

Parmi ces objets, un vieux journal, que tout destinait à la poubelle si mon père ne me l’avait pas montré, car éventuellement, cela pouvait m’intéresser. Et c’était peu dire que ça m’intéressait, un journal vieux de 89 ans. Mais voilà, il y a 20 ans, je n’avais aucune connaissance en matière de conservation des documents anciens, et pour le préserver, je l’ai bien emballé, soigneusement…dans du film alimentaire (pour lui assurer une atmosphère un peu hermétique !). Et bien ce morceau de papier (tout de même à l’abri de la lumière et de l’humidité depuis que je l’ai adopté, ce qui n’était pas le cas auparavant) est un dur à cuire car il n’a pas bougé. Mais il a conservé toute la poussière coincée entre ses pages, que je n’avais pas enlevée en 1996, et ses déchirures qui ne se sont réparées toutes seules. Il s’agit du Petit Journal du 28 septembre 1917. Je vous le présente.

100_8291100_8296100_8304

Notez l’encart pour un établissement soignant la syphilis, la pub pour le Petrol Hahn (crée en 1885), le quinquina Byrrh (crée en 1866), Jouvence de l’Abbé Soury (crée au XVIIIè siècle) ou pour un traitement pour les constipés et entérités. Sachez qu’à Paris, la vielle, le temps était couvert et pluvieux.

Pour les plus curieux, vous trouverez une version beaucoup plus lisible sur Gallica.