Publié dans Non classé

Découvertes et inventions

Si je vous dit 1515, vous allez certainement répondre, Marignan. Cette date fait partie des plus connues de l’Histoire de France, avec 1789 (même si les tenants et les aboutissants de la bataille de Marignan échappent aujourd’hui à la plupart de ceux qui ne s’intéressent pas à l’histoire).
Que diriez-vous de compléter cette liste ? J’ai choisi quelques dates qui auraient pu marquer (ou pas) le quotidien de nos ancêtres (cette liste n’a pas vocation à retracer les grandes dates de l’histoire de France ni à mettre en exergue les grandes avancées humaines et scientifiques).

1347-1352 : Peste Noire. L’Europe perd entre un tiers et la moitié de sa population en 5 ans (environ 25 millions de personnes).

1450 : invention de l’imprimerie par Gutenberg.

1492 : découverte de l’Amérique par Colomb, découverte des tomates, du maïs, de la PTD, poivron, piment, courgette, topinambour, oca, haricots, courge, fraise.

1539 : ordonnance de Villers-Cotterêts.

1564 : mort de Michel-Ange.

1595 : invention de la chasse d’eau. La première chasse d’eau, appelée Ajax, fut inventée en 1595 par John Harington, un poète anglais, à la demande de la reine Elizabeth 1ere d’Angleterre. Le clapet anti-retour ainsi que le siphon furent mis au point par Joseph Bramah en 1778. Des traces de chasses d’eau bien plus anciennes ont été découvertes chez les Minoens, il y a 4.000 ans, ainsi que chez les Romains et chez les Égyptiens. 

1685 : Edit de Fontainebleau (révocation de l’Edit de Nantes)

Fin XVII : disparition du dodo (dronte de Maurice).

1724 : invention du thermomètre à mercure par Daniel Gabriel Fahrenheit.

1767 : invention du lave-linge. Bien que l’invention du lave-linge date de 1767, le premier brevet a été déposé le 31 mars 1797 par l’Américain Nathaniel Briggs.

1789 : Révolution française

1804 : promulgation du Code civil

1806  invention du papier carbone. Bien que son origine exacte soit incertaine, cette innovation a été brevetée à Londres en 1806 par l’inventeur Ralph Wedgewood.

1810 : invention de la boîte de conserve.

1827 : invention de l’allumette. C’est en 1827 que John Walker invente l’allumette inflammable par friction. Vint ensuite l’allumette de sureté, conçue par Gustaf Erik Pasch, en 1844. Bien sûr, d’autres types d’allumettes existaient bien avant, comme les petits bâtonnets de bois retrouvés à Saintes mais on ne sait pas s’ils produisaient eux-mêmes du feu ou s’ils servaient seulement à le transporter. 

1828 : invention du taille crayon. C’est un mathématicien français du nom de Bernard Lassimone qui a déposé le premier brevet pour un taille-crayon en 1828.

1834 : invention du réfrigérateur. En 1834, Jacob Perkins un Américain, invente la première machine frigorifique fonctionnelle. Perkins est crédité du premier brevet de réfrigération attribué le 14 août 1835. En 1876, c’est l’allemand Carl von Linde qui invente le réfrigérateur domestique tel que nous le connaissons aujourd’hui.

1839 : invention de la photographie (date conventionnelle).  En 1926, Niepce réussit à fixer une image sur une plaque d’étain avec une chambre noire utilisée comme appareil photographique. En 1841, Fox Talbot invente le négatif. En 1861, l’Anglais Thomas Sutton réalisera la première photographie couleur.

1845 : invention du pneumatique. Le tout premier pneu a été inventé par Robert William Thomson en 1845 (Charles Goodyear avait trouvé le procédé de la vulcanisation du caoutchouc en 1839), mais son invention est, semble-t-il, tombée dans l’oubli. Il faut attendre 1888 pour qu’un vétérinaire écossais, John Boyd Dunlop (1840 – 1921), dépose le premier brevet d’un pneumatique.

1850 : invention de l’ouvre-boîte (la boîte de conserve a été inventée  30 ans plus tôt).

1850 : invention du papier toilette. Le premier papier toilette moderne naît en Angleterre en 1850. Son industrialisation date de 1857 et débute aux Etats-Unis. En 1891, un autre Américain déposa un brevet pour l’invention de papier toilette en rouleau, avec des petits trous pour pouvoir détacher plus facilement les feuilles. Avant cela, on utilisait ses doigts, ses vêtements, des pierres, des feuilles, des journaux et même du velours.

1852 : invention de l’ascenseur. Le premier « ascenseur » sécurisé avec l’invention d’Elisha Graves Otis, qui réalisa un « parachute ». En 236 avant J.C., Archimède  avait mis au point un treuil comportant des cordes et des poulies, la corde s’enroulait sur un tambour actionné par l’homme. En 1835, un monte-charge à vapeur, appelé le « teagle », servait à monter les matériaux dans une usine anglaise. En 1845, Sir William Thompson mit au point le premier élévateur hydraulique. Le 23 mars 1857, Otis inaugure le premier ascenseur du monde, dans un magasin de porcelaine et de verrerie françaises, à New York. Le bâtiment comportait cinq étages et l’ascenseur fonctionnait grâce à une série d’arbres et de courroies entraînés par une centrale à vapeur. Sa capacité était de 450 kilogrammes à une vitesse de 0,2 mètre par seconde.

1861 : fondation du MIT.

1866 : invention de la dynamite. La dynamite est inventée en 1866 par Fred Nobel, celui même qui légua sa fortune pour créer le prix du même nom.

1869-70 : parution du roman de Jules Verne, Vingt mille lieux sous les mers.

1876 : invention du téléphone. Bell a déposé son brevet de transmission de la voix humaine le 14 février 1876. D’autres inventeurs pourraient également assumer la paternité de cette invention, notamment Elisha Gray qui avait déposé un brevet deux heures avant Bell, celui de ce dernier fut examiné avant à la demande de son avocat.

1879 : invention de l’ampoule électrique. Cette invention a été mise au point par Joseph Swan en 1878 et améliorée par Thomas Edison en 1879. Suite à un procès, les deux inventeurs obtiennent le droit de fabriquer leurs ampoules. Swan invente alors le culot à baïonnette et Edison le culot à vis.

1880 : invention du préservatif moderne.

1885 : découverte du vaccin contre la rage, par Louis Pasteur.

1886 : création du Petit beurre LU.

1886 : création du coca, par un pharmacien d’Atlanta.

1886 : invention du bouton-pression par Albert-Pierre Raymond. Brevet d’invention n° 176 400 du 29 mai 1886 sous le nom de « bouton-fermoir à ressort ».

1887 : invention de la lentille de contact. Les lentilles de contact ont été inventées par le docteur Fick en 1887. Toutefois, Léonard de Vinci en avait eut l’idée en 1508. Elles étaient alors lourdes et inconfortables et ne se portaient que quelques heures de suite. 

1849 : invention de l’épingle de sûreté. C’est à un maçon que l’on doit l’invention de l’épingle à nourrice, Walter Hunt. Hunt était aussi agriculteur et mécanicien (inventeur prolifique, il a développé des armes, une machine à coudre et a amélioré des machines pour l’agriculture). Le brevet de l’épingle de sureté est déposé le 10 avril 1849 sous le numéro 6 281.
L’épingle à nourrice est produite en série à partir des années 1870-1880. Elle est notamment utilisée pour maintenir les couches culottes des enfants.

1889 : construction de la Tour Eiffel.

1890 : invention de l’avion. L’ingénieur français Clément Ader a inventé l’avion motorisé dès 1890, mais ce sont les frères Wilbur et Orville Wright qui mettent au point et font voler, en 1903, les premiers avions à moteur réellement contrôlés. Le 9 octobre 1890, Clément Ader parvient à voler à une hauteur de 20cm sur une distance de 50 mètres à bord de l’Eole. Cependant, ce vol ne sera pas homologué car trop bas. Le 14 octobre 1897, il vole sur une distance de 300 mètres devant un comité militaire.  

1890 : invention de la fermeture Eclair.

1894 : invention de l’aspirine. Le principe actif de l’aspirine est l’acide acétylsalicylique, présente dans l’écorce de saule blanc. Ses propriétés sont connues depuis l’Antiquité mais ce n’est qu’en 1894 qu’un chimiste allemand, Felix Hoffman, synthétisa cet acide pur. Il s’était inspiré des travaux de Charles Frédéric Gerhardt qui en avait déjà entrepris la synthèse en 1853. 

1896 : invention du dentifrice en tube. C’est en 1896 que Colgate & Company produit le premier dentifrice en tube. Auparavant, on se brossait les dents avec de la poudre, qui avait des effets plus ou moins positifs sur la santé bucco-dentaire. Les Égyptiennes par exemple appliquaient au doigt des poudres à base de charbon d’acacia.

1989 : J’accuse. Le 13 janvier 1898, Émile Zola publia dans le journal L’Aurore, fondé par Clemenceau et Vaughan l’année précédente, une lettre ouverte au Président de la République, Félix Faure, dont le titre provocateur, « J’accuse… ! », 

1901 : invention de l’aspirateur. L’aspirateur motorisé a été inventé en 1901 par un ingénieur britannique, Hubert Cecil Booth. En 1906, un concierge américain allergique à la poussière, James Murray Spangler, met au point un balai à succion à partir d’un ventilateur, d’une caisse à savon et d’une taie d’oreiller. Cet appareil, beaucoup plus maniable, est breveté en 1908. 

1903 : Marie Curie prix Nobel. Marie Curie et Pierre Curie reçoivent une moitié du prix Nobel de physique de 1903 (l’autre moitié est remise à Henri Becquerel) pour leurs recherches sur les radiations. En 1911, elle obtient le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur le polonium et le radium.

1903 : invention de la biscotte. C’est Charles Heudebert, en 1903, qui après une journée de travail dans sa boulangerie familiale de Nanterre, a l’idée de faire griller le pain qui n’avait pas été vendu en fin de journée afin de le conserver. Il améliore peu à peu son invention et fonde à Nanterre la 1ere usine de fabrication.

1905 : invention de l’hélicoptère. C’est en 1905 que les frères Henri et Armand Dufaux parviennent à faire décoller verticalement un hélicoptère capable de porter son propre poids ainsi qu’une charge de 6 kg. Léonard de Vinci avait imaginé le concept de l’hélicoptère dès 1486, sur le modèle de sa vis d’Archimède (ou vis sans fin) cependant il ne bénéficiait pas de la motorisation nécessaire et a donc du abandonner.

1918 : pandémie de grippe H1N1, dite grippe espagnole. Extrêmement contagieuse (mais beaucoup moins que la rougeole qui a un taux de reproduction entre 12 et 18, soit 4 fois plus), la morbidité (1) est particulièrement élevée : 50 à 70 % de la population mondiale est touchée. La létalité est importante puisque qu’on estime que la grippe a fait entre 20 et 50 millions de morts entre 1818 et 1819 soit environ 1/3 de la population mondiale (en général, les grippes tuent 20 fois moins, sauf la grippe H5N1 de 2007 qui avait un taux de létalité de 61%)(2). Egon Schiele et sa femme enceinte de 6 mois, succombent à la grippe espagnole. Edmond Rostand et Guillaume Apollinaire meurent de la même maladie.
(1) la morbidité est le nombre de personnes atteintes d’une affection spécifique pendant une période donnée.
(2) la mortalité désigne le pourcentage de morts par rapport au nombre d’individus d’une population donnée dans une période donnée tandis que la létalité est le risque qu’ont des personnes atteintes d’une maladie de mourir/la proportion de décès chez des patients atteints d’une affection donnée

1920 : invention du pansement. Des produits ressemblant plus ou moins au pansement moderne étaient utilisés avant son invention officielle. Cependant, le premier pansement commercialisé est l’invention de Earle Dickson, un employé de l’entreprise Johnson & Johnson, en 1920.

1922 : découverte du tombeau de Toutankhamon par Howard Carter.

1923 :  invention de la télévision. En 1884, l’inventeur allemand Paul Nipkow fait breveter un dispositif d’analyse d’images par lignes, le disque de Nipkow, qui est un des deux systèmes de balayage de la télévision mécanique mais on considère que John Logie Baird est à l’origine de la télévision telle que nous la connaissons. Cet ingénieur écossais invente en 1923 une télévision mécanique qu’il appelle Televisor. Un an plus tard, il parvient à afficher une image reconnaissable : une croix de Malte. En 1926, Baird améliore son téléviseur et fait une première démonstration publique dans son laboratoire situé à Londres, au 22 Frith Street : les spectateurs découvrent alors des images de visages humains.

1927 : sortie du premier film parlant, Le Chanteur de jazz.

1928 : naissance du personnage de Mickey.

1938 : invention du stylo à bille. L’idée du stylo à bille est due à l’Américain, John J. Loud, comme le prouve un brevet qu’il dépose en 1888. Cependant, son invention n’est pas au point et son brevet devient caduc. Trente ans plus tard, en 1919, un certain Monsieur Pasquis remporte un prix au concours Lépine avec son invention d’un stylo à bille et dépose un brevet, mais il n’arrive pas à le mettre au point en vue d’une éventuelle commercialisation. II faud attendre encore trente ans pour voir enfin cette idée se concrétiser. Un journaliste hongrois, László Bíró, par ailleurs inventeur prolixe, aidé de son frère György, chimiste, va améliorer trois axes de l’idée initiale : l’encre, la bille et le dispositif d’alimentation. En 1938, Bíró développe une nouvelle pointe, constituée d’une bille tournant librement dans une alvéole, et entraînant de l’encre à séchage rapide située dans une cartouche. Les frères Bíró déposent le brevet de leur invention la même année.

1946 : création du Nutella. Le Nutella est inventé par Pietro Fererro. La première version est commercialisé sous le nom de Giandujo. Le nutella apparaît en France en 1966.

1946 : création du chariot de supermarché. Le caddie est une marque commerciale déposées en 1987 (comme Rimmel, Frigidaire, Kleenex, Sopalin).

21 avril 1944 : droit de vote accordé aux femmes françaises (les hommes obtiennent le droit de vote « universel » en 1848). En Angleterre, dès 1918, les femmes de plus de 30 ans pouvaient voter, et en 1928, elles avaient obtenu le droit de vote à 21 ans, comme les hommes. Les plus avant-gardiste sont la Nouvelle-Zélande, qui adopte le suffrage universel en 1893, permettant aux femmes, y compris les femmes maori, de voter lors des élections législatives cette même année. Suivent l’Australie en 1901, la Finlande en 1906, la Norvège en 1913, le Danemark et la Russie, respectivement en 1915 et 1917, et beaucoup d’autres avant la France. Mais, le Portugal n’a accordé le droit de vote aux femmes qu’en 1974, l’Espagne en 1975, le Liechtenstein en 1984 et l’Arabie Saoudite en 2011 (sous restrictions). Mieux vaut tard que jamais.

1946 : invention du micro-ondes. Percy Spencer parvient à mettre au point en 1946 le Radarange, un four industriel fonctionnant sur le principe de l’agitation des molécules d’eau (à un rythme effréné de plus de deux milliards de fois par seconde) présentes dans les aliments sous l’effet de l’énergie électrique d’ondes radio émises à une fréquence de 2,45 gigahertz (domaine des micro-ondes). Il dépose en octobre 1950 un brevet concernant ce traitement des denrées alimentaires par l’effet des ondes électromagnétiques.

1959 : commercialisation de la poupée Barbie.

1961 : invention de la couche jetable. La couche-culotte spécifiquement destinée aux nourrissons apparaît en 1887 aux États-Unis, elle est due à Maria Allen, qui produit des couches insérées dans un vêtement.
En 1949, Valerie Hunter Gordon, petite-fille de l’inventeur Sebastian Ziani de Ferranti (inventeur du câble électrique à haute tension d’une tension supérieure à 10 kV en 1887), propose le concept de la première couche-culotte jetable. Elle comprend au départ des boutons à pression et des renforts en fibre de nylon pour le maintien, ainsi qu’une glissière pour l’épingle de sûreté,  seul le pad (la serviette) est jetable, l’enveloppe-culotte est donc réutilisable. Une nouvelle gamme fut ensuite lancée dans les années 1950, totalement jetable.

1967 : première transplantation cardiaque. La première transplantation cardiaque utilisant un cœur humain a été faite par Christiaan Barnard, chirurgien cardiaque au Cap en Afrique du Sud, le 3 décembre 1967.

1976 : Mabalo Lokela (patient index) succombe au virus Ebola. Aujourd’hui, il existe 6 souches différentes identifiées du virus, Ebolavirus Zaïre a un taux de létalité de 90%. Très contagieux, le virus provoque notamment des hémorragies.

1978 : naufrage de l’Amoco Cadiz.

1981 : Abolition de la peine de mort en France. « le 18 septembre 1981, par 363 voix contre 117, l’Assemblée nationale adopte, après deux jours de débats, le projet de loi portant abolition de la peine de mort présenté, au nom du Gouvernement, par Robert Badinter, garde des Sceaux, ministre de la justice. 12 jours plus tard, le texte est voté dans les mêmes termes par le Sénat, par 160 voix contre 126.
C’est l’aboutissement du long combat mené depuis deux siècles par la cohorte de ceux qui, dans les enceintes parlementaires, dans les prétoires ou dans leurs écrits, ont défendu la cause de l’abolition devant une opinion réticente, voire résolument hostile. »

1982 : sortie de l’album Thriller. Thriller est le sixième album studio de Michael Jackson. Il  sort le

1986 : accident nucléaire de Tchernobyl (Ukraine).

 

LSF

Publié dans Non classé

« Si je reviens, comme je l’espère »

Je n’ai pas fait de recherches sur les Poilus, du coup, je n’ai pas écrit de texte pour les commémorations de la guerre 14-18…j’avais bien commencé à photographier les tombes des soldats morts pour la France, dans les communes proches de chez moi, mais je n’en ai encore rien fait (ça viendra, c’est sûr, mais pas tout de suite). Alors je vais évoquer un livre, que sans doute beaucoup d’entre vous connaissent, Si je reviens, comme je l’espère. (vous pouvez lire un extrait sur la liseuse hachette). 

si-je-reviens-comme-je-espere
Le livre est un recueil de lettres, celles de la famille Papillon, 5 frères, Marcel, Joseph, Lucien, Charles, et une sœur, Marthe. Une correspondance découverte 80 ans après les événements, dans la maison familiale des Papillon, par les nouveaux propriétaires. Une histoire qui nous emmène en plein cœur de la Grande Guerre, dont tous les protagonistes ne reviendront pas.
La correspondance débute le 28 juillet 1914, avec une mettre de Marthe à sa mère. Elle se prépare au départ de ses deux frères, Joseph et Marcel. Dans sa lettre suivante à sa mère, le 3 août 1914, Marthe pressent le sort qui attend les soldats. « C’est épouvantable quand on voit tous ces pauvres soldats partir et peut-être pour toujours ». La suite de la correspondance est celle des frères, pour l’essentiel. Le livre se termine avec une lettre de Marcel à Charles, datée du 10 octobre 1918, Marcel est à l’hôpital de Troyes, légèrement blessé à la tête par un obus de 150 qui a éclaté à 2 mètres de lui. « C’est une veine de ne pas avoir eu plus de mal ». Le cavalier PAPILLON Joseph Louis, matricule 2739 du 2è Escadron du 13è Dragons, lui, est décédé le 6 novembre 1915.

Et puis, complément de dernière minute, je viens de voir un reportage sur BFM TV, celui d’un petit-fils de Poilu qui, depuis 4 ans, tient un blog sur lequel il transcrit la correspondance de son grand-père au front. Vous le trouvez ici.

Enfin, pour évoquer spécifiquement la Touraine, je vous présente le hors série de 2014 de notre journal local, La Nouvelle République. La couverture titre « 1914-1918, La Grande Guerre, Des visages, des destins, témoignages inédits dans la région« .

HS_NR_2014
On y parle de la mobilisation, des femmes en guerre, du 66è RI, on y lit des lettres du front, des mots de l’espoir, des carnets de route, on y découvre l’enfer des tranchées, la vie à l’arrière, des souvenirs de soldats, la fraternisation, on se souvient des disparus à jamais.

 

LSF