Publié dans Calendrier de l'Avent 2019, Patrimoine à découvrir

Calendrier de l’Avent – Jour 24

Calendrier de l’Avent du domaine de Candé

Au château de Candé, il y a quelque chose d’insolite, voire d’inattendu, pour ne pas dire extra-ordinaire. Un orgue de résidence.

Je ne vais pas vous faire un texte sur l’orgue de Candé, vous en auriez pour plus d’une heure de lecture. En revanche, je peux vous donner les détails sur ce qui le rend exceptionnel.

Pourquoi l’orgue de Candé est exceptionnel ?

D’abord, parce qu’avoir un orgue privé chez soi, ça n’est pas commun ! Ensuite, parce que l’orgue est électro-pneumatique. Son fonctionnement est régi par l’électricité et deux pressions d’air différentes. Egalement, parce qu’il est équipé d’un jeu automatique qui lui permet de jouer seul, sans organiste. Enfin, parce qu’il est installé sur 3 niveaux dans le château.

Détails.

L’orgue est commandé par les Bedaux, en 1928, à un facteur d’orgue américain renommé, Ernest Skinner. Installé à l’hiver 1928-1929, il a fallu environ 3 mois pour construire les différents éléments et trois autres mois pour finaliser l’agencement à l’intérieur du château. Un aménagement complexe puisque l’orgue est réparti sur trois niveaux : au rez-de-chaussée, dans la bibliothèque, se trouve la console, sur laquelle on joue ; au premier, étage, sont placés les 1878 tuyaux qui constituent la partie sonore de l’instrument ; au deuxième étage, est installée la soufflerie.

DSC_0558

Et quoi d’autre ?

La console se compose de 3 claviers de 61 notes, d’un pédalier de 32 notes, de boutons de registres pour activer les 27 jeux (entre autres), du jeu automatique, d’un voltmètre.
La partie instrumentale se compose de jeux de fonds, de jeux d’anches et de 3 jeux de percussions (une grosse caisse avec 3 maillets, un célesta et un carillon).
La soufflerie comporte deux éléments, le ventilateur qui génère le vent, et la turbine qui fournit le courant basse tension (8 volts).

 

 

 

 

Publié dans Calendrier de l'Avent 2019, Patrimoine à découvrir

Calendrier de l’Avent – Jour 23

Calendrier du domaine de Candé

De l’autre côté du couloir.

Comme dans tous les châteaux, il y a les espaces « nobles » et les espaces serviles dévolus aux domestiques.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(c) photo personnelle, chambre de bonne

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(c) photo personnelle, toilettes des domestiques

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(c) photo personnelle, lingerie principale
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(c) photo personnelle, taverne

 

DSC_0825
(c) photo personnelle, salle de bain des domestiques

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(c) photo personnelle, escalier

 

 

Publié dans Calendrier de l'Avent 2019, Patrimoine à découvrir

Calendrier de l’Avent – Jour 22

Calendrier de l’Avent du domaine de Candé

En haut en bas, à droite, à gauche, devant, derrière, il y a toujours quelque chose à voir au château !

 

Publié dans Calendrier de l'Avent 2019, Patrimoine à découvrir

Calendrier de l’Avent – Jour 21

Calendrier de l’Avent du domaine de Candé

Les Chais

Bien que la culture de la vigne à Candé date d’avant l’arrivée de Santiago Drake del Castillo, celle-ci se développe avec l’installation de la famille Drake.

En 1782, le domaine de Candé comprend 7 arpents de vignes, et « 6 arpents de vignes dans un mesme clos renfermé par des hayes vives, et fossez, dont environ un arpent en mauvaise production qu’il convient replanter« , en 1791. A l’époque de Jacques Drake, le vignoble s’étend sur 60 hectares (59 hectares 57 ares pour être précise) dont 44 aux abords du château.
1782_vignes.PNG
1791.PNG

1791suite.PNG
(C)AD37, actes notariés

En 1866, alors que Santiago vit à Candé depuis 13 ans, il fait construire un chai, grand et moderne. Il l’équipe de deux pressoirs Marmonier, dits américains, qui pouvaient être manipulés par un seul homme.

Lorsque Jacques succède à  son père, il s’investit personnellement dans la gestion du vignoble. Il gère la crise du phylloxéra(1) en important des ceps de vignes américains, résistants à l’insecte et en s’en servant comme porte-greffe.
A peu près à la même époque, le mildiou frappe la vigne tourangelle. Jacques, à l’affût des dernières innovations, est l’un des premiers à utiliser le sulfate du cuivre, pour prévenir du champignon. Anecdote amusante : en 1884, les républicains étaient les seuls à utiliser de la bouillie bordelaise (c’est-à-dire du sulfate du cuivre) contre le mildiou. On reconnaissait donc la couleur politique des vignerons des campagnes tourangelles car
seuls les royalistes et bonapartistes avaient des vignes atteintes(2).

Bon, je n’y connais rien en vin, mais d’après mes lectures, je peux vous dire qu’en 1891, le vin produit à Candé est pour l’essentiel, du cépage Côt (32 ha). Mais il y a aussi du Groslot (2,5 ha), du Noble (2,25 ha), du blanc (4,2 ha), le reste étant des jeunes vignes n’ayant pas encore produit (13,6 ha) ou des vignes improductives à cause du phylloxéra (1 ha), 2 hectares de pépinières et 1 hectare de divers (divers quoi, je ne sais pas, les spécialistes comprendront !)

En 1892, Jacques obtient une médaille d’or au concours régional pour la culture de ses vignes (il est en cela secondé par son régisseur Bertéché). Il participe également à la promotion des vins tourangeaux. Il est élu à l’unanimité, Membre de la Société d’Agriculture d’Indre-et-Loire lors de la séance du 12 août 1882. Il fonde le Syndicat viticole de Montbazon en 1884 (pour lutter contre le phylloxéra), ainsi que le Syndicat des Agriculteurs d’Indre-et-Loire, le 9 mai 1885 (dont il est président). En 1892, il publie une brochure intitulée Greffage des vignes américaines en Indre-et-Loire.

 

(1) Le phylloxéra est observé pour la première fois dans le Gard en 1863. La propagation touche toute la France, la dernière région touchée étant la Champagne dans les années 1890. L’Indre-et-Loire est diagnostiquée en 1882, notamment dans le secteur de Noizay, contaminé depuis 1878/1879 par le biais de ceps bordelais importés en 1875, alors que ce vignoble était déjà touché. La propagation se poursuit en Indre-et-Loire jusque dans les années 1890. A cette date, 127 communes sont touchées, pour une surface détruite de 9500 hectares. En 1900, 25000 hectares ont été ravagés. En 1902, la plus grande partie du vignoble est renouvelée grâces aux porte-greffes et en 1905, la reconstitution est pratiquement terminée. Il ne subsiste alors qu’à peine 6 à 7000 ha qui n’ont pas été renouvelés, dont environ 5500 ha de vieilles vignes françaises  non  greffées  et  non  phylloxérées,  notamment  dans  la  région  sableuse  de Bourgueil, peu propice au développement de la maladie. (source : AD37, Vignes et vins en Indre-et-Loire, Les samedis des Archives, Atelier du samedi 18 octobre 2014).
(2) Source  : Paul Audin, Moi, Léon Berland, vigneron de Touraine, CLD, Chambray-lès-Tours, 1995.

Publié dans Calendrier de l'Avent 2019, Patrimoine à découvrir

Calendrier de l’Avent – Jour 20

Calendrier de l’Avent du domaine de Candé

La famille Drake était l’une des familles les plus fortunées de Touraine. Pour preuve, la succession de Santiago (1871) estimée à 14 millions de francs or. Pour preuves, les nombreuses possessions immobilières que les Drake avaient acquises en Touraine et ailleurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour preuves, les nombreux impôts qu’ils payaient.Impots_fenetres_1876impot_cote_mobiliere_1876impot_voiture_chevaux_1876impots_chiens_1888