Publié dans A propos de mon blog, A propos de...

Souvenirs

La période estivale étant une période chargée pour moi, je vous propose une rubrique « le jour où » spécial été. Ce sera l’occasion de vous parler de moi et de laisser à mes descendants quelques anecdotes sur mon enfance. Je vous raconterai des souvenirs amusants, qui, pour des raisons que j’ignore, sont encore dans ma mémoire aujourd’hui, alors qu’ils sont bien anodins.

Mon premier article sera un « portrait chinois de mon enfance ».

LSF

 

Publié dans Le "petit" patrimoine de Touraine, Petite histoire de la Touraine

Tours dans les années 20 – au détour d’un plan

Temps de lecture : 7 minutes

J’ai dans ma bibliothèque un vieux plan de Tours (Gambier éditeur). Malheureusement (ou pas), il n’est pas daté. Je suis donc partie à la recherche d’indices qui me permettraient de le situer dans le temps. Et mes connaissances de guide agréée VPHA ont été mises à mal.

Première chose que je constate, le quartier de mon enfance, le quartier du Sanitas (1958) n’existe pas. Sanitas Le plan date donc d’avant la reconstruction. A la place de ce quartier et de celui de la Rotonde, se trouvent encore les ateliers de montage et de réparation des locomotives (le quartier de la Rotonde doit d’ailleurs son nom à ces installations). Le plan date donc d’avant la guerre. La date d’avant guerre est confirmée par la présence de la bibliothèque et du Muséum d’Histoire naturelles, sur les bords de Loire. Ces 2 bâtiments ont été détruits lors des bombardements de 1940.
AD37_5Fi11970AD37_106Fi0005
Mon regard poursuit son exploration et je constate qu’on voit les abattoirs des quais de Loire (détruits en 1923, rue de l’abattoir), mais pas l’Université François Rabelais (construite en 1971, rue des Tanneurs). Le Palais des sports (construit en 1955) n’est pas non plus sorti de terre.
Un autre bâtiment attire mon attention, à l’emplacement de la Poste, boulevard Béranger, se trouve la Maison d’arrêt. Quelques recherches aux AD37 plus tard et j’apprends que la maison d’arrêt est construite en 1841 et détruite en 1935 pour laisser place à la Poste. La Caisse d’Epargne (construction 1864-1866, agrandissement 1880 et 1898), boulevard Béranger, ne m’en apprendra pas plus car elle existe toujours.
Mérimée_IA00071376
Tiens, un bâtiment que je n’avais pas vu. Dans le quartier de St-Symphorien, il y a l’école normale (installé dans les bâtiments des Bénédictines en 1888). Bon, à ce stade, ça ne me donne pas plus de renseignement puisque que les écoles normales deviennent IUFM en 1989 et que l’IUFM de Tours s’installe à Fondettes en 1990.

Donc, pour l’instant, je peux dire que le plan date d’avant 1923, date à laquelle les anciens abattoirs du Champ de Mars ont été détruits.

Je continue ma promenade visuelle, j’aperçois le Théâtre français, construit en 1884, détruit par un incendie en 1929 et réhabilité en clinique en 1931. Théâtre_françaisThéâtre_français_culture_gouv
Je vois aussi le cirque de Touraine, détruit en 1927, et l’usine à gaz, rue du gazomètre.

Cirque_Touraine_Fr_Bleue
La rue du gazomètre est rebaptisée ainsi après qu’une usine à gaz y est implantée en 1836. L’usine cesse son activité en 1931, date à laquelle une seconde usine plus importante est mise en service rue du Général Renault. La fontaine de Beaune trône place du Grand Marché (depuis 1820), où elle reste jusque dans les années 50 (1958), avant de retrouver son emplacement d’origine (à quelques dizaines de mètres près). Ah, intéressant (je ne le sais pas encore, mais c’est intéressant pour la datation de mon plan), je tombe sur le nouvel abattoir situé quartier Tonnellé. Les AD37 doivent bien avoir des infos sur le sujet. BINGO. Le nouvel abattoir est construit entre 1912 et 1916.

Mon plan illustre donc la ville de Tours entre 1916 et 1923. Puis-je être plus précise ?

Je trouve la machine élévatoire de St-François et l’incinération d’immondices (la machine élévatoire date de 1891-92), le vélodrome (1896-1962), les usines Schmid (1918-1985) et St-Gobain (cessation d’activité après la Seconde Guerre Mondiale), les Docks, remplacés en 1963 par les Champs Girault. Le canal du Berry n’est pas encore comblé (1960) donc l’autoroute A10 ne traverse pas la ville (1972). Le château de Beaujardin est encore debout (détruit lors des bombardements de 1940). Le champ de manœuvre du Menneton est toujours en activité (1829-1960). Mon collège, le collège Michelet, n’existe pas (1954), mais il y a une école rue Michelet. Une école a été construite rue Michelet en 1921, pour remplacer celle de la rue de Bordeaux (1875) devenue vétuste ; il faudrait vérifier aux Archives qu’il s’agit bien du même établissement. Je découvre qu’à Tours, il y a eu un parc à fourrage, rue du Plat d’étain et le magasin régional du 9è régiment, rue Camille Desmoulin (tous les deux installées dans le dernier quart du XIXè siècle, voir ici).

Donc, mon plan aurait été édité entre 1918 (installation des usines Schmid) et 1923 (destruction des anciens abattoirs), et peut-être même entre 1921 (création de l’école rue Michelet et du patronage laïque rue Parmentier) et 1923. Et si l’école est créée en 1921 et les abattoirs détruits en 1923, le plan devrait dater de 1922 ou 1923.

J’ai un guide de 1931 des éditions Arrault et Compagnie, dans lequel il y un autre plan de Tours. Les abattoirs des bords de Loire, détruits en 1923, n’apparaissent plus, remplacés par la cité-jardin des bords de Loire (1926-30), mais le cirque de Touraine, détruit en 1927, est toujours indiqué, tout comme le Théâtre français, détruit par le feu en 1929. Parmi les constructions postérieures à 1922, la cité-jardin du sénateur Letellier, édifiée en 1927, est indiquée, juste à côté du nouvel abattoir de 1916 et non loin du stade Tonnellé, inauguré en 1924 sous le nom de stade Rolland-Pilain (firme automobile sponsor de l’USTours Rugby), avant d’être renommé en 1931, stade Timbror (fabriquant de meubles sponsor de l’USTours Rugby). Le plan de 1931 est plus grand donc plus lisible ; je déchiffre les bâtiments illisibles sur le plan de 1922. Ainsi, je découvre le bureau de bienfaisance de la rue Baleschoux, créé le 1er frimaire an XII (23 novembre 1803). Des bâtiments non dénommés en 1922 apparaissent comme étant un marché aux bestiaux. Le marché aux bestiaux est construit sur les bords de Loire en 1897-1901.

DONC, soit mon plan de 1931 n’est pas à jour puisqu’en 1931, il présente des bâtiments détruits depuis 3 ans… soit il n’appartient pas au guide de 1931 et date de 1927. Du coup, mon premier plan ne date peut-être pas de 1922, mais il est la représentation de Tours en 1922.

Ces plans n’ont amenée à découvrir des trucs, des bâtiments que je ne connaissais pas, comme l’usine de Rochepinard, l’usine St-Gobain. La relecture de mon guide de visite de 1943 s’impose.
DSC_0343
Les anciens se souviennent que des octrois taxaient les marchandises entrant dans Tours et que des portes se refermaient tous les soirs sur la ville. En 1943, les octrois vivent leurs derniers instants. Et si certains pavillons existent encore de nos jours (Place Choiseul), ceux de la Place des Portes de fer (actuelle Place Jean Jaurès) ont disparu. Page 96, quelques lignes m’apprennent que les portes de fer, Place des portes de fer (Place du Maréchal Pétain en 1943), grille à trois battants, pesaient 30 000 livres, avaient été exécutées à Paris et posées en 1751.
Après cette petite parenthèse confiture (pourquoi confiture ? Parce que la culture, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale…moi, je m’en fiche, je préfère le Nutella), je poursuis mes recherches. Vais-je trouver des renseignements sur l’abattoir Tonnellé ? Oui, page 136. En fait , non, à part, que ce nouvel abattoir est « un vaste établissement, doté de tous les perfectionnements modernes, [qui] répond à toutes les conditions d’hygiène et aux besoins de la population tourangelle ».
Je feuillète les pages, et m’arrête page 137. Le paragraphe s’intitule « L’eau du Cher. L’usine de Rochepinard. » L’origine du nom Rochepinard viendrait d’une propriété appelée Les Roches, qui aurait appartenue à un nommé Pierre Pinard. En 1854, une première usine de pompage de l’eau du Cher est construite à Rochepinard. Elle comprenait deux turbines hydrauliques et une pompe à vapeur de 15 CV. DE 1877 à 1855, l’usine est dotée de trois turbines et de deux pompes à vapeur de 80 CV. D’autres modifications sont effectuées, jusqu’à sa transformation en usine hydro-électrique.
Sympa le guide ! En 1943, on avait le sens du tourisme ! Alors, je continue avec l’usine d’incinération des ordures ménagères, page 140. L’usine d’incinération est construite entre 1924 et 1927. Une première série de trois fours est mise en service en 1925, une seconde de quatre fours deux ans plus tard. L’usine est modernisée en 1933 et 1937 et en 1943, elle traite annuellement 18 000 à 20 000 tonnes d’ordures ménagères. En 2017, cela donne :
Ordures_ménagères.PNG
Tout est bien rodé, chaque déchet a sa poubelle. Bien malhonnête celui qui parlerait d’une usine à gaz ! En parlant d’usine à gaz, on en parle page 141 du guide.
L’usine à gaz de la rue du Gazomètre n’est plus : usine devenue trop centrale par suite de l’accroissement de la population, emplacement trop exigu pour la modernisation de l’usine, projet de construction d’un groupe scolaire sur l’emplacement de la rue du Gazomètre. C’est une nouvelle usine à gaz qui voit le jour rue du Général Renault en 1931. Info en passant, le réseau électrique de Tours est alimenté, entre autres, par l’usine d’incinération des ordures ménagères (600 kw) (à titre de comparaison, aujourd’hui, la Centrale de Chinon produit 900 Mw. 600 kw en 1943 devait permettre d’alimenter un quartier de Tours).
Et l’usine St-Gobain dans tout cela ? Je la trouve page 118. L’usine St-Gobain, succursale de la société St-Gobain, Chauny et Cirey pour la fabrication des engrais, emploie une cinquantaine d’ouvriers qui habitent pour la plupart une cité voisine.
Quant aux Postes, construites à la place la maison d’arrêt du Boulevard Béranger, j’en apprends plus page 102. « Tours vient d’être doté d’un Hôtel des Postes digne de son importance économique, touristique et de son rayonnement artistique. […] Construit de 1934 à 1937, cet édifice aux lignes simples, bâti selon la technique moderne, s’harmonise par sa hauteur avec le Palais de Justice qu’il côtoie. […] »

Voilà, voilà ! Et si l’aspect touristique de cet article vous a échappé, il a le mérite d’aborder des lieux méconnus de Tours.

 

LSF

Publié dans Personnalités tourangelles, Petite histoire de la Touraine

Les Saponariens morts pour la France

Dans le cimetière de Savonnières, il y a des tombes anciennes. Mais la notion d’ancienneté n’étant pas universelle, soyons précise. Dans le cimetière de Savonnières, il y a (encore) des tombes datant du XIXè siècle, et des tombes centenaires, datant de la Première Guerre mondiale. La petite commune, comme beaucoup, perd un grand nombre de ses habitants durant la Première Guerre mondiale, dont beaucoup étaient nés à Savonnières. En 1911, la population saponarienne s’élève à 1101 personnes, en 1921, elle s’élève à 1027 personnes. Mais la commune avait commencé à voir sa population baisser depuis 1881. La guerre fait au moins 30 soldats morts pour la France parmi les habitants, dont au moins 16 étaient nés à Savonnières (en bleu dans la liste ci-dessous).

– Emmanuel Ernest PASQUEREAU, 1886-1915, né à Savonnières, mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Robert Louis Armand FONVERNE, 1890-1916, né à St-Avertin (Indre-et-Loire), mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Auguste Louis Prosper DAVID, 1877-1916, né à St-Hilaire de Montagne (Vendée), mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Eugène René JUDE, 1893-1916, né à Ballan-Miré (Indre-et-Loire), mort pour la France, Mémoire des Hommes
– François Jules FROMAGER, 1885-1916, né au Lude (Sarthe), mort pour la France, Mémoire des Hommes
– François Jean Baptiste CAILLAUD, 1895-1916, né à Ballan-Miré (Indre-et-Loire) – tombe toujours dans le cimetière de Savonnières, Mémoire des Hommes
100_5667
– Robert Louis Jean BEAUMONT, 1894-1916, né à Savonnières, mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Lucien Gaston HERBASSIER, 1892-1916, né à Savonnières, mort pour la France, tombe toujours dans le cimetière de Savonnières, Mémoire des Hommes
– Victor Auguste Alfred LERPINIERE, 1893-1916, né à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), mort pour la France, Mémoire des Hommes
– PARE Henri, 1890-1916, né à Asnières les Bourges (Cher), mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Louis Eugène GRANGER, 1892-1916, né à Savonnières, mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Arsène SERELLE, 1889-1914, né à Savonnières, mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Maurice Marcel REMON, 1894-1917, né à Tours (Indre-et-Loire), mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Théophile Louis LEOTIER, 1897-1917, né à Rivarennes (Indre-et-Loire), mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Ferdinand CERISIER, 1895-1918, né à Savonnières, mort pour la France, tombe toujours dans le cimetière de Savonnières, Mémoire des Hommes
100_5677

– Auguste MOLISSON, 1887-1918, né à St-Epain (Indre-et-Loire), mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Emile Hyacinthe NOURRY, 1884-1918, né à Cangey (Indre-et-Loire), mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Raoul-Anatole ROUAULT, 1892-1914, né à Huismes (Indre-et-Loire), mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Théodore-Pierre MAILLET, 1877-1918, né à Savonnières, mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Gustave Louis Ernest CAILLARD, 1896-1919, né à Savonnières, mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Louis Jean Emmanuel ROUGEBEC, 1881-1914, né à Savonnières, mort pour la France, tombe toujours dans le cimetière de Savonnières, Mémoire des Hommes
– Maximilien Marie Joseph FERIN, 1891-1914, né à Savonnières, mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Eugène RECOLLON, 1885-1917, né à Savonnières, mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Victor Désiré ROY,  1888-1814, né à Savonnières, mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Louis Auguste JAHAN, 1893-1914, né à Savonnières, mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Auguste Georges MARCHAND, 1892-1914, né à Druye (Indre-et-Loire), mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Georges Robert LECOMTE, 1893-1916, né à Savonnières, mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Alphonse Théodore ROUZEAU, 1880-1916, né à Savonnières, mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Louis Alexandre ROY, 1893-1918, né à Savonnières, mort pour la France, Mémoire des Hommes
– Fernand Jean Baptiste MARECHAU, 1890-1918, né à Ballan-Miré (Indre-et-Loire), mort pour la France, Mémoire des Hommes

Pas trouvé l’acte de décès de Justin Rougebec (1887-1914, tombe toujours présente dans le cimetière de Savonnières), Jean Maurice Courvoisier (absent de la base Mémoires des hommes, tombe toujours présente dans le cimetière de Savonnières), Marcel Trigalot (1892-1914, tombe toujours présente dans le cimetière de Savonnières), Emmanuel Beaussier (1891-1914, tombe toujours présente dans le cimetière de Savonnières).

Publié dans Personnalités tourangelles, Petite histoire de la Touraine

Les tombes anciennes de Savonnières

Après celles de Ballan, je m’intéresse aux tombes anciennes d’une autre petite commune d’Indre-et-Loire.

Savonnières est situé sur la rive gauche du Cher. Au Nord-Ouest, il y a Berthenay, à l’Ouest, Villandry, au Sud, Druye, au Sud-Est, Ballan et au Nord-Est, St-Genouph.
Le blason de la commune est D’argent à la saponaire fleurie de gueules, tigée et feuillée de sinople, chaussé d’azur aux deux fleurs de lys d’or.
Quant à la population, elle est de 1166 habitants en 1793, 3151 en 2016 (Sources : Ldh/
EHESS/Cassini jusqu’en 1999 et Insee).

Si ma première visite dans un cimetière m’avais laissé une sensation pesante, ma promenade à Savonnières n’a pas été plus douce. En effet, dès l’entrée de ce lieu de recueillement, on tombe sur le carré des enfants.

Je n’ai pas identifié le nom de la première tombe. En revanche, la deuxième tombe est celle de frère et sœur, Lucien et Lucienne Lebougre (1915-1918 / 1918-1919).

Deux autres frères suivent, Maximilien et  Maximilien Albert Léon Mergerand (1896-1896 / 1898-1898).

Et deux autres frères et sœurs, Jean et Geneviève Wiard, âgés de 3 mois.
100_5465
« Ici repose une centenaire » ? Mme Guibert-Bodin aurait même 102 ans.

Effectivement, elle est bien centenaire. Céline Victorine, fille de Pierre Bodin, cultivateur, et d’Anne Madeleine Messant, naît le 21 juillet 1836 à Savonnières. Elle meurt le 30 janvier 1938 dans la même commune.

La tombe la plus ancienne date de 1882. C’est celle d’Alphonse Martin Noël Guette, né le 03 octobre 1877 et décédé 4 ans après, le 1er juin 1882.

Son petit frère, qu’il ne connaîtra pas, le rejoint 18 mois plus tard.

La plus vieille saponarienne s’appelle Madeleine Leroux. Elle « hante » la commune depuis 207 ans, dont 72 ans bien vivante. Elle naît le 22 octobre 1812 à Savonnières et meurt le 24 novembre 1884 dans la même commune.

Le plus vieux saponarien, Nicolas Reignier, est né le 06 septembre 1820 à Ballan, il y a presque 199 ans. Il meurt à Savonnières le 22 mars 1897. C’est par son mariage avec Eléonore Merienne, le 24 septembre 1849, qu’il devient habitant de la commune.

Parmi les autres tombes, celles d’Yves Jubault (1935-1941), Georgette Beaumont (1901-1901), Jacques Roy (1903-1903), Julienne Emilienne Chevrier (1904-1904), Suzanne Daguet (1904-1905), Théodore Eugène Fournier, Georges Viau (1907-1907), Fernande Viau (1899-1899), Marie Claude Portefaix (1943-1945), Gustave Jacques Caillard (1886-1886), Françoise Artaud (1856-1923), Marie Julia Devigneau (ca 1875-1902), Aimé Roy (ca 1862-1931), Raoul Bertier (1867-1930), Joséphine Hervé, Marie Tourmeau (1848-1930), Jeanne Maurice (1822-1887), Auguste et Louis Lemonnier (1874-1899/1844-1881), François Clément, Joseph Simon (ca 1852-1916), Joseph Vuillaumé (ca 1825-1927), Marie Louise Portefaix (1916-1946), Marie Moussard (1866-1950), Arsène Messant (ca 1840-1875) et Célestine Hardy, Célestine Arrault (ca 1864-1936), François Reignier (ca 1854-1929), Armand Reignier (1889-1889), Gisèle Artault (1938-1939).

Et les soldats morts pour la France.

 

Publié dans Généalogie, La boîte à trucs

Entre choir et gésir, il faut choisir.

Hier, j’évoquais la nouvelle pratique dans l’enregistrement des naissances.
Ce qui sera sans nul doute une difficulté supplémentaire pour les généalogistes, trouvera son pendant avec les recherches sur les décès. En effet, aujourd’hui, tout comme on ne naît plus chez soi, on ne meurt plus à la maison. Et parce qu’on meurt dans la commune où se trouve la structure médicale, les lieux de décès et d’inhumation sont souvent différents.

J’ai encore du boulot pour vérifier que mes ancêtres mourraient bien chez eux car si je calcule jusqu’à G10, il me manque 304 décès (sur les 562 ancêtres identifiés mon arbre). Mais je peux déjà dire que deux d’entre ont un lieu de sépulture différent de leur lieu de décès (ma grand-mère et son père, décédés à l’hôpital) et trois autres ne sont pas morts « chez eux ». Parmi les trois, il y a mon sosa 200, Pierre Auclerq, mort noyé après une chute dans le puits du village et son fils Pierre (sosa 100), décédé chez son fils, à 7 km de chez lui. Et il y a mon AGP, mort chez son frère, à 9 km de chez lui.

Pascal s’est penché sur la question des causes de décès de nos ancêtres dans les campagnes, notamment dans une petite paroisse de Mayenne, de 1776 à 1780.

Pour ma part, je sais que trois de mes ancêtres sont morts de maladie, Marie Auger (sosa 405), en 1785, Charles Mennauteau (sosa 406), en 1779 et Urbain Agenet (sosa 2028), en 1712.
Lire la suite de « Entre choir et gésir, il faut choisir. »

Publié dans Généalogie, La boîte à trucs

Dis-moi où tu nais, je te dirai où tu vis.

Cela peut paraître être une évidence pour nos ancêtres, ça n’est plus le cas aujourd’hui. En effet, si les primo-parturientes pouvait retourner chez leur mère pour donner naissance à leur enfant, et ainsi quitter la commune où elles vivaient, la quasi-totalité femmes accouchait dans leur maison. Aujourd’hui, la norme est plutôt d’accoucher à l’hôpital ou en clinique et (de moins en moins) rares sont celles qui accouchent chez elles. Donc, les naissances n’ont pas lieu dans la commune de résidence de la mère mais dans la commune où est située la structure médicale.

Ne croyez pas que ce sujet n’intéresse que les généalogistes, le Sénat a délibéré sur ce thème (voir www.senat.fr).

Et pour les plus fervents défenseurs de la cause des communes sans actes de naissances, cliquez ici.

Ceci dit, et contrairement aux idées reçues, naître dans une commune ne signifiait pas forcément y passer toute sa vie et y mourir. Déjà parce que souvent, l’un des deux époux partait vivre dans la commune de son conjoint, et parce que les personnes « voyageaient » plus qu’on ne le pense. Parfois de quelques kilomètres, parfois d’un département à un autre limitrophe mais aussi parfois vers une région plus lointaine. Lire la suite de « Dis-moi où tu nais, je te dirai où tu vis. »