Publié dans Généalogie

Quand j’étais hors-la-loi

Temps de lecture : 2 minutes

Il paraît que nous descendons tous d’un roi et d’un pendu. En ce qui me concerne, je n’ai pas trouvé de roi ni (encore) de pendu. Et bien, chères lectrices, si vous êtes nées avant 2013, sachez que vous avez probablement été, comme moi, hors-la-loi. Non, ne niez pas ! Vous êtes accusées de travestissement.
En effet, la loi du 26 brumaire an VI (7 novembre 1800) intitulée « Ordonnance concernant le travestissement des femmes » précise que « Toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l’autorisation ». Cette ordonnance visait avant tout à limiter l’accès des femmes à certaines fonctions ou métiers en les empêchant de se parer comme des hommes. Cette interdiction a été partiellement levée par deux circulaires de 1892 et 1909 autorisant le port féminin du pantalon « si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval ». Nul n’est censé ignorer la Loi.

Alors, convaincues de votre crime ? Rassurez-vous. Cette loi n’était plus respectée depuis longtemps, bien que toujours en vigueur. Jusqu’au 31 janvier 2013, date à laquelle elle a été abrogée. Reste que le code du travail permet à l’employeur d’imposer la jupe.

Vous croyez que de telles discriminations n’existent plus aujourd’hui ? Détrompez-vous.  Le 28 août 2018, Alizé Cornet a, bien malgré elle, choqué la gente masculine. Alors que ses compatriotes mâles arborent ostensiblement des pectoraux magnifiquement sculptés, sur les courts internationaux de Roland Garros et autres Wimbledom, la joueuse de tennis française a été sanctionnée pour avoir retiré son maillot et laisser voir sa brassière de sport (shoking ! ). Nous ne sommes pas si éloigné de Suzanne Lenglen qui avait fait scandale avec sa jupe au-dessus du genou…en 1921 !

Montaigne constatait déjà dans ses Essais : « Nous avons en France plus de lois que le reste du monde ensemble. » Il suffit de soupeser l’un de nos 59 codes législatifs pour le constater. 9 000 lois et plus de 120 000 décrets ont été recensés en 2 000, auxquels s’ajoutent en moyenne 70 lois, 50 ordonnances et 1 500 décrets par an. Alors existe-t-il d’autres lois anciennes, devenues désuètes, voire absurdes ou loufoques  ?
– Tout le monde doit avoir une botte de foin chez soi, au cas où le roi au cas où le roi passerait avec son cheval.
– Il est aussi possible de voter pour un mort. En effet, si un candidat décède peu avant les élections, il est impossible de modifier les listes car elles sont validées préalablement par le Ministère de l’Intérieur. Cela c’est déjà vu avec un candidat du NPA décédé peu de temps avant les élections régionales de 2010 en Charentes-Maritime.
– En droit, la Saint Glingin existe. La justice a dû se prononcer sur un différend entre un prêteur et son débiteur qui avait rédigé un contrat sur lequel il s’engageait à rembourser sa dette le jour de la Saint-Glinglin, elle a rendu cette décision :
“Attendu que la Saint-Glinglin ne figure pas dans le calendrier, mais qu’il existe à la date du 1er novembre une fête collective de tous les saints qui n’ont pu y trouver place ;
Attendu, en conséquence, qu’il y a lieu de fixer au 1er novembre la date de la Saint Glinglin ;
Par ces motifs, contradictoirement et en dernier ressort, condamne le débiteur à payer la somme réclamée avant le 1er novembre.’’

Et parce que visiblement, c’est dans tous les pays pareil, voir ici.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s