Publié dans Généalogie

Quand j’étais hors-la-loi

Temps de lecture : 2 minutes

Il paraît que nous descendons tous d’un roi et d’un pendu. En ce qui me concerne, je n’ai pas trouvé de roi ni (encore) de pendu. Et bien, chères lectrices, si vous êtes nées avant 2013, sachez que vous avez probablement été, comme moi, hors-la-loi. Non, ne niez pas ! Vous êtes accusées de travestissement.
En effet, la loi du 26 brumaire an VI (7 novembre 1800) intitulée « Ordonnance concernant le travestissement des femmes » précise que « Toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l’autorisation ». Cette ordonnance visait avant tout à limiter l’accès des femmes à certaines fonctions ou métiers en les empêchant de se parer comme des hommes. Cette interdiction a été partiellement levée par deux circulaires de 1892 et 1909 autorisant le port féminin du pantalon « si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval ». Nul n’est censé ignorer la Loi.

Alors, convaincues de votre crime ? Rassurez-vous. Cette loi n’était plus respectée depuis longtemps, bien que toujours en vigueur. Jusqu’au 31 janvier 2013, date à laquelle elle a été abrogée. Reste que le code du travail permet à l’employeur d’imposer la jupe.

Vous croyez que de telles discriminations n’existent plus aujourd’hui ? Détrompez-vous.  Le 28 août 2018, Alizé Cornet a, bien malgré elle, choqué la gente masculine. Alors que ses compatriotes mâles arborent ostensiblement des pectoraux magnifiquement sculptés, sur les courts internationaux de Roland Garros et autres Wimbledom, la joueuse de tennis française a été sanctionnée pour avoir retiré son maillot et laisser voir sa brassière de sport (shoking ! ). Nous ne sommes pas si éloigné de Suzanne Lenglen qui avait fait scandale avec sa jupe au-dessus du genou…en 1921 !

Montaigne constatait déjà dans ses Essais : « Nous avons en France plus de lois que le reste du monde ensemble. » Il suffit de soupeser l’un de nos 59 codes législatifs pour le constater. 9 000 lois et plus de 120 000 décrets ont été recensés en 2 000, auxquels s’ajoutent en moyenne 70 lois, 50 ordonnances et 1 500 décrets par an. Alors existe-t-il d’autres lois anciennes, devenues désuètes, voire absurdes ou loufoques  ?
– Tout le monde doit avoir une botte de foin chez soi, au cas où le roi au cas où le roi passerait avec son cheval.
– Il est aussi possible de voter pour un mort. En effet, si un candidat décède peu avant les élections, il est impossible de modifier les listes car elles sont validées préalablement par le Ministère de l’Intérieur. Cela c’est déjà vu avec un candidat du NPA décédé peu de temps avant les élections régionales de 2010 en Charentes-Maritime.
– En droit, la Saint Glingin existe. La justice a dû se prononcer sur un différend entre un prêteur et son débiteur qui avait rédigé un contrat sur lequel il s’engageait à rembourser sa dette le jour de la Saint-Glinglin, elle a rendu cette décision :
“Attendu que la Saint-Glinglin ne figure pas dans le calendrier, mais qu’il existe à la date du 1er novembre une fête collective de tous les saints qui n’ont pu y trouver place ;
Attendu, en conséquence, qu’il y a lieu de fixer au 1er novembre la date de la Saint Glinglin ;
Par ces motifs, contradictoirement et en dernier ressort, condamne le débiteur à payer la somme réclamée avant le 1er novembre.’’

Et parce que visiblement, c’est dans tous les pays pareil, voir ici.

Publié dans Généalogie, La boîte à trucs

A combien de temps correspond « environ » ?

NB : temps de lecture, environ 10′, mais vous pouvez lire en diagonale, dans ce cas, le temps de lecture est divisé environ par trois, et si vous ne lisez que les premier et dernier paragraphes, il vous faudra environ 1’30 » (nota bene inclus)

Les généalogistes connaissent bien ce petit mot de 7 lettres, dont les curés usent et abusent pour avouer qu’ils ne savent pas quel âge a une personne. Il existe des synonymes, comme approximativement, à peu près, dans les, grosso modo. Alors, je me suis livrée à un petit jeu : déterminer à combien de temps correspond le terme « environ » dans ma généalogie (oui, je sais, encore une idée bizarre, mais je ne suis pas seule, voir ici et ). Lire la suite de « A combien de temps correspond « environ » ? »

Publié dans Non classé

Semaine de la langue française et de la francophonie

Du 16 au 24 mars a lieu la semaine de la langue française et de la francophonie. A cette occasion, n’hésitez pas à faire un petit tour du côté du mon Challenge AZ 2016 (ici), et deviner que veulent dire a chieuve bibi, berdindaine, cracotte, dériboulinerétêter les choux, frippe-douzi, grollehâline, iaquejuinleucifaremiotte, nârouiller, oindiner, pitrouille, querti, rondiner, siaupérertatouiller, vérnéler, upper, what else, yorte, classé Xzoguer.

 

Vous pouvez aussi relire mes billets autour de la LSF.

LSF – le nom-signe
LSF – Intermède musical
LSF – les gros mots
LSF – les premiers signes pour communiquer
LSF – un conte du soir
LSF – comptines

 

Publié dans Avis de recherches, Généalogie

Qui est Paul Legeard ?

Temps de lecture : 2-3 minutes

Cette semaine, je vous parlais des livres anciens que conservait ma grand-mère et que j’ai récupéré après son décès. L’un d’eux appartenait à un certain Paul Legeard.
Paul_Legeard
Mais qui est Paul Lejard ?
Je vous vois venir et je vous arrête de suite. J’ai une Marie Lejard parmi mes ancêtres mais c’est une femme et elle est décédée avant février 1745. Or, le livre est donné à Paul comme prix de certificat d’études en 1885. Donc rien à voir. Alors qui est ce Paul Legeard ? Il ne me faut pas beaucoup de temps pour penser à une autre piste. Je me suis souvenue de ma grand-mère, qui me parlait de son papa Boutin. Et pour lui faire plaisir, j’avais voulu faire des recherches généalogiques à son sujet. Je lui avais donc demandé si elle avait des renseignements sur lui, où il était né, qui était ses parents. Elle savait seulement qu’il avait été marié à une Legeard. Avec cette information, il avait été facile de remonter la branche sur quelques générations. Et notre Paul dans tout cela. Me voici repartie sur les traces de la famille Legeard.

Certificat d’études en 1885, Paul doit être né vers 1872-73. Il est scolarisé à Montbazon, je commence par là. Et…c’est presque trop facile. Pierre Paul est né le 21 juillet 1872 à Montbazon. Il est le fils de Pierre Legeard et de Marie Léontine Adam.

Naiss_Legeard_Paul_Montbazon_1872_6NUM8.154.010 _p.20
(C) AD37, Montbazon, 6NUM8/154/010, vue 20

Hop, un petit tour du côté des Tables décennales et je trouve le mariage de Pierre et Marie Léontine. Ils se marient le 4 septembre 1867 à Montbazon. avec l’acte de mariage, j’apprends que Pierre est le fils Pierre Legeard et Jeanne Giraudeau.
Mar_Legeard_Adam_Montbazon_1867_6NUM8.154.033_p.347Mar_Legeard_Adam_Montbazon_1867_6NUM8.154.033_p.348Mar_Legeard_Adam_Montbazon_1867_6NUM8.154.033_p.348_suite

Mar_Legeard_Adam_Montbazon_1867_6NUM8.154.033_p.348_suite2
(C) AD37, Montbazon, 6NUM8/154/033, vues 347-348

J’ai de la chance, j’en profite. Je trouve aussi facilement le mariage de René Legeard et Jeanne Giraudeau, le 9 janvier 1833 à Montbazon.
Mar_Legeard_Giraudeau_Montbazon_1833_6NUM8.154.009_p.435Mar_Legeard_Giraudeau_Montbazon_1833_6NUM8.154.009_p.435_suite
Mar_Legeard_Giraudeau_Montbazon_1833_6NUM8.154.009_p.436Mar_Legeard_Giraudeau_Montbazon_1833_6NUM8.154.009_p.436_suite

Je m’emballe, je m’emballe. Mais n’oublions pas que je cherche un lien entre Paul Legeard et Louise Legeard.
Louise Legeard se marie avec Louis Boutin le 1er avril 1890 à Sorigny. Elle est la fille de René Legeard et Louise Deschamps, mariés à Sorigny le 14 juillet 1863.
Mar_Legeard_Deschamps_Sorigny_1863_6NUM8.250.008_p.307Mar_Legeard_Deschamps_Sorigny_1863_6NUM8.250.008_p.307_suiteMar_Legeard_Deschamps_Sorigny_1863_6NUM8.250.008_p.307_suite2Mar_Legeard_Deschamps_Sorigny_1863_6NUM8.250.008_p.307_suite3

Et René Legeard est le fils de René Legeard et Jeanne Giraudeau.

Donc, René Legeard et Jeanne Giraudeau ont (au moins) 2 enfants, René (époux Deschamps) et Pierre (époux Adam). René (époux Deschamps) a une fille Louise (femme Boutin) et Pierre (époux Adam) a un fils Paul (qui a son certificat d’études en 1885). Louise (femme Boutin) et Paul sont cousins germains.

Qui est Paul Legeard ? Le cousin germain de la première femme du beau-père de ma grand-mère. Facile quoi !

 

LSF

Publié dans De père en fils, Généalogie

Livres anciens

Temps de lecture : moins de 2 minutes

Lorsque ma grand-mère a déménagé, elle a quitté une grande maison à la campagne pour un plus petit appartement en ville. C’est à ce moment que j’ai récupéré certains vieux livres poussiéreux (oui, je sais, déjà, à l’époque, j’aimais les vieux objets). Beaucoup ont été jetés. Presque tous en fait.

Parmi ces livres, il y avait quelques classiques, comme Alfred de Vigny ou Balzac. Et puis, Racine.

Le livre date de 1912.

Et quand a grand-mère est décédée, j’ai récupéré les derniers livres anciens qu’elle avait conservés.

Je commence par un livre sur lequel j’ai fait mes armes.

Ce n’était pas un livre qui restait dans la bibliothèque. Je l’ai lu des dizaines de fois.

Et puis un livre dont ma grand-mère devait être fière ; ma grand-mère a 9 ans et reçoit ce livre avec la mention « très bien ».

Des livres imprimés à Tours, chez l’un des plus grands imprimeurs tourangeau.

Un livre dédicacé par l’un des auteurs.

Deux livres anciens, un de 1872 et un second de 1883, avec une mention manuscrite de 1885.

Mais au fait, qui est Paul Legeard ?
Paul_Legeard.JPG
Je vous dis cela prochainement.

 

LSF