Publié dans Le "petit" patrimoine de Touraine, Petite histoire de la Touraine

Le tombeau des enfants de Charles VIII et Anne de Bretagne

 

TOURS 2013 051.jpgOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce tombeau est celui des enfants du roi Charles VIII et d’Anne de Bretagne, morts en bas-âge, Charles Orland, décédé des suites de la rougeole en 1495 à l’âge de 3 ans et demi, et Charles, décédé en 1496 à 25 jours.

 Achevé en 1506 et initialement placé dans la Basilique Saint-Martin, le tombeau est déplacé en 1815 (ou 1834) dans la première chapelle au Sud du déambulatoire de la  Cathédrale Saint-Gatien.

Les gisants des enfants sont réalisés par Guillaume Regnault, neveu de Michel Colombe. Leurs têtes reposent sur deux petits coussins de marbre que deux anges soutiennent. A leurs pieds, deux autres anges tiennent chacun le blason des Dauphins de France. Leurs visages sont délicats, les drapés des manteaux sont parsemés de fleurs de lys et de dauphins. L’aîné des dauphins porte la couronne tandis que le plus jeune porte les langes des nourrissons.

septemnre 2011 028

septemnre 2011 027
La cuve du tombeau, en marbre de Carrare, est l’œuvre de Jérome de Fiésole, un artiste italien. Le décor et les sculptures, fins et minutieux, reflètent le goût italien de cette époque, avec des rinceaux et des scènes mythologiques. Les angles sont ornés de dauphins et de pattes de lions. Juste sous la plaque de marbre noir, on aperçoit une corde : c’est la cordelière, symbole d’Anne de Bretagne (référence à l’Ordre des Franciscains).

tombeau enfants ch viii anne

septemnre 2011 020    septemnre 2011 024     septemnre 2011 025

Deux médaillons en marbre noir placés sur les petits côtés de la cuve, portent les inscriptions :

Charles huitiesme, roi pieux et excellent
Eut de Anne, reyne et duchesse en Bretagne
Son premier fils nommé Charles Orland
Lequel régna, sans mort que rien n’épargne
Trois ans, trois moys, Dauphin de Viennoys
Comte d’Yois et de Valentionois
Mais l’an cinq cens moins cinq il rendit l’âme
A Amboise, le seziesme du moys
De décembre, puis fut mis soubz la lame.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Par Atropos, qui les cueurs humains fend
D’un dard mortel de cruelle souffrance
En dessoubz gist Charles, second enfant
Du roy Charles, et de Anne, reyne de France
Lequel vesquit Dauphin de Viennoys
Comte d’Yois et de Valentionois
Vingt et cinq jours, puis lès Tours du Plessis
En octobre mourut le deux du moys
Mil quatre cens avec nonante et six.

 

Le tombeau allie donc la tradition médiévale française avec les gisants et la Première Renaissance française inspirée de l’art italien avec la cuve.

[Crédits photographiques : photos personnelles ; collection BNF pour les dessins de Gaignières]

 

LSF