Publié dans Légendes et folklore de Touraine, Petite histoire de la Touraine

Taille de la vigne

Pourquoi le dicton tourangeau affirme « A la foire, il y a plus d’un âne qui s’appelle Martin » ?

Saint Martin s’en allait sur les chemins de Touraine pour rejoindre l’abbaye de Marmoutier. Il traversait les vignes qui, alors, n’étaient pas taillées. Elles étaient en liane, produisaient de petites grappes acides, desquelles les moines en tiraient un petit vin aigrelet.

A la vue des murs de l’abbaye, saint Martin fit une pause. Il attacha son âne à un piquet qui soutenait un pied de vigne et fatigué, s’allongea pour prendre un peu de repos. L’air était doux, le soleil agréable. Saint Martin s’endormit mais l’âne. Toujours affamé, il brouta toute la vigne que lui permettait sa corde, jusqu’à la dernière feuille.

A son réveil, saint Martin ne put que constater les dégâts. De la vigoureuse liane, il ne restait qu’un trognon. Saint Martin s’en fut  à l’abbaye et confessa aux moines le péché de son âne. Mais l’âne n’a-t-il pas fait plus que n’importe quel humain pour le fils de Dieu ? Il a réchauffé de son souffle chaud le petit Jésus nouveau-né, il l’a porté dans sa fuite en Egypte lorsqu’il était menacé de mort,… Si l’âne fut pardonné, saint Martin aurait eut à faire quelques corvées pour l’abbaye en compensation.

Quel ne fut pas l’étonnement des moines de Marmoutier quand à l’heure venue de la vendange, ils récoltèrent sur les vignes taillées par l’âne de nombreuses et grosses grappes de raisin, juteuses et sucrées, produisant le meilleur vin qu’ils n’avaient jamais bu jusqu’alors. C’est depuis ce temps que la vigne se taille court et que les ânes s’appellent Martin.

N.B. : A en croire une autre légende, les ânes pourraient s’appeler Vincent. En effet, la même mésaventure serait arrivée à saint Vincent, dans le Bugey. Là aussi, son âne profita de l’inattention de son maître pour se régaler de feuilles de vigne. Mais cette découverte de la taille fut mise au profit du saint et non de son âne : les vignerons ont fait de saint Vincent leur patron.

« Dans le temps, en Touraine, on ne taillait point la vigne. Elle poussait toute seule. Et, vous autres, vous ne savez pas par qui elle fut taillée en premier ? _ Eh bin, c’est par…un âne ; oui, c’est acement bin sûr !!! et j’en paris une pinte de bon vin pour vous en faire une de bon sang !
Y avait, autefoué, un mouéne de ,Saint-Martin qui m’nait soune âne au champ. Et v’là qu’un jour c’t’âne s’est-i point échappé, et v’là-t-i pas qu’il a brouté eune veugne ! nom de l’là d’bon d’là !
Et v’là-t-i pas queu c’teue veugne a s’est asurvengée, alle a ameuné bin pu d’reuzins que ses vouézines ! Z’alors les gas, y z’ont dit : « J’allons pendiment couper l’boute de toutes leus varges… » Et v’là c’ment que la taille deu la veugne a fut t’appri aux hoummes d’boune volonté pâ’ un âne… »

(extrait de J.M. Rougé, Folklore de la Touraine, Arrault, 1947)

LSF

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s