Publié dans Challenge AZ, Généalogie, La boîte à trucs, MON Challenge AZ avant LE Challenge AZ

P comme Parenté et consanguinité

Parenté

Il faut distinguer la parenté selon le droit canon et selon le droit civil.

Calcul de parenté selon le droit canon (religieux) parente_droit_canon.png
Dans le droit canon, le degré de parenté correspond au nombre de générations séparant deux individus par rapport à leur ancêtre commun.

Calcul de parenté selon le droit civil parente_droit_civil.png
Dans le droit civil, les degrés de parenté se calculent à partir de l’une des personnes dont on veut calculer la parenté. Puis, on calcule le nombre de degrés qui la sépare de la seconde personne dont on veut calculer la parenté, EN PASSANT PAR L’ANCÊTRE COMMUN.

(sources et schéma : guide-genealogie.com ; geneafrance.org)

Consanguinité

Nous descendons tous de Charlemagne. En effet, comme le nombre de nos ancêtres double à chaque génération, nous arrivons, à la trente-cinquième génération (c’est-à-dire aux environs de l’an 1000), à plus de 17 milliards d’ancêtres. Or, la population de cette époque ne dépassait pas 10 millions de personnes. Donc, pouvons nous dire que nous descendons tous, plusieurs milliers de fois, de toutes les personnes ayant vécu au début du second millénaire.
Sans aller aussi loin dans le temps, on a tous dans notre généalogie, ce phénomène de mariage entre apparentés. Les ancêtres communs sont appelés des implexes.

Dans le droit canon, la consanguinité correspond à une parenté du côté de la mère ET du père.

En ce qui concerne mes ancêtres

Mes ancêtres apparentés sont :

– Jacques Guibert et Catherine Leblond (sosa 114 et 115), mariés le 04 mai 1819 à Artannes. Ils ont des ancêtres communs à la 5ème génération, Pierre Chollet et Antoinette Baron (sosa 3360 et 3361 + 3678 et 3679). Ils sont donc parents au 5ème degré du droit canon (plus exactement au 5 au 5), et au 10ème degré du droit civil. Leur fille Catherine GUIBERT est donc consanguine. (attention, on a un lien de parenté avec qun mais on n’est pas consanguin avec qun, on est consanguin tout court).
– Guibert Pierre et Brosseau Marguerite (sosa 228 et 229), mariés le 26 juin 1787. Leurs ancêtres communs sont Antoine Guibert et Marguerite Hardouin (sosa (3648 et 3649 + 3678 et 3679), ancêtres à la 4ème génération. Leur fils Jacques Guibert (sosa 114) est donc consanguin.
– Georges Pierre Paul RABIER (sosa 30) est consanguin avec 4 ancêtres communs, René Gautier et Anne Dupin (sosa 1922 et 1923) et Claude FOURRE et Madeleine GAULTIER (sosa 962 et 963).
– Julien Chasles et Renée Chignard. Je n’ai pas établi cette parenté ; elle est signalée dans leur acte de mariage (30 janvier 1747 à Noyant, Maine-et-Loire). Ils sont parents du 3 au 4.
implexe_guibert_leblon.jpg                                 14_07_2015_19_31_13.jpg
Mar_Chasle_Chignard_Noyant_1747.jpg

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s