Publié dans Au pied de mon arbre...mes débuts en généalogie, Généalogie

Comment j’ai (mal) commencé ma généalogie !

Comme tous les généalogistes débutants, j’ai commis plusieurs erreurs lorsque j’ai commencé mes recherches. J’en ai corrigé beaucoup certaines, mais pour d’autres, je continue avec mes mauvaises habitudes.

Voici une liste non exhaustive de ces petits cailloux dans ma chaussure qui m’ont ralentie, voire fait tomber dans les pièges de cette science qu’on appelle la généalogie.

J’ai eu la chance de remonter très vite ma branche paternelle ; c’était enthousiasmant et même grisant mais du coup…

je n’ai pas classé mes recherches.
J’ai pris un cahier et j’ai noté toutes les informations que je découvrais les unes derrière les autres. Certes, je notais en marge la commune et la date et mes recherches avaient, grosso modo, un ordre chronologique…jusqu’à ce que je commence une nouvelle branche. Donc, quand je re-cherche des informations, il faut que je feuillette tout mon cahier.
Aujourd’hui, je tiens à jour un tableau récapitulatif avec la plupart des informations glanées dans les actes…mais je continue à écrire mes recherches sur un cahier, les unes derrière les autres !
Note pour plus tard : utiliser les fiches individuelles que j’ai imprimées (oui, quand même, j’essaie de corriger mes erreurs).

je n’ai pas noté mes recherches échouées.
Bah oui, quand on fait de la généalogie, on revient forcément à un moment ou un autre sur une recherche qu’on a mise de côté, sur laquelle on bloque. Et quand on ne note pas les communes sur lesquelles on a déjà cherché, les dates que l’on a déjà explorées, il est fort probable qu’on fasse deux fois les mêmes recherches. Maintenant, je note quand une recherche n’aboutit pas (enfin, presque toujours).

je ne m’intéressais qu’à mes ascendants directs.
Pour moi, la généalogie, c’était découvrir qui étaient ses arrière-grands-parents, les parents de ses arrière-grands-parents, les grands-parents de ses arrière-grands-parents…etc. Par conséquent, les parrains/marraines, témoins, les lieux de résidence, les professions, je ne relevais aucun de ces renseignements dans les actes. Et puis, j’ai bloqué, et comme le virus était déjà entré en moi, alors j’ai voulu reconstituer les fratries, suivre les familles dans leurs déplacements, apprendre leurs métiers. Petit à petit, je devenais addict aux découvertes. Aujourd’hui, je note tout (sur mon cahier)…Bon, j’avoue, honte à moi, je ne note toujours pas les parrains et marraines.

je n’utilisais pas les numéros SOSA.
En fait, c’était plus par ignorance. Mais étant donné que j’ai découvert très vite un nombre important d’ancêtres, j’ai rapidement cherché une technique pour situer mes ancêtres les uns par rapport aux autres.

-par contre, j’ai toujours vérifié les informations que je tenais d’autres généalogistes.
Enfin, sauf une fois, quand j’ai failli ne pas commencer ma généalogie. Mais c’est grâce à cette fois que je n’ai plus jamais recommencé, ou alors je précise que l’information n’est pas vérifiée.

LSF

Un commentaire sur « Comment j’ai (mal) commencé ma généalogie ! »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s