Publié dans Challenge AZ, Challenge AZ 2016

V comme…Vérnéler

Pression ! je ne sais pas comment débuter mon article. Tout est là mais ça se présente encore sous forme d’énumération. N’allez pas croire que j’ai passé mon temps à vérnéler, j’ai cherché mais les résultats n’ont pas été à la hauteur du travail fourni. Et si je n’ai pas vérléné/bérléné (travailler peu tout en étant occupé), je n’ai pas non plus bernassé/bérdassé/bérlassé (aller lentement, prendre du temps pour travailler, faire peu de besogne en beaucoup de temps), pas plus que je n’ai bousiné** (aller et venir sans cesse en s’occupant à des choses peu importantes), vésiné*** (travailler à de menus besognes sans se presser), béduché (se livrer à de menus travaux qui ne demandent pas un gros effort), bouiné (musarder, faire lentement de petits travaux), ou boustronné (se livrer à de menus travaux). Au pire, ai-je foutimassé* (travailler très lentement, n’arriver à rien, ne rien faire de valable), ou toupiné (aller très lentement). Mais ce n’est pas parce que je n’ai pas oursé (travailler beaucoup, sans arrêt) que je suis une bérnassiée  (bérnassier au masculin) ou bérdassiée ou bérlassiée (celui qui a l’habitude de bérnasser). La bérnasserie/bérdasserie/bérlasserie (travail peu utile, futile) et la bérnasse/bérdasse/bérlasse (travail qui se fait lentement, bricolage)…non…jamais !

Quoi qu’il en soit, après avoir roûché**** (travailler péniblement avec des efforts répétés), les Tourangeaux pouvaient faire une pause. « y’a pas préesse…on a bin l’temps », «  la fouée est pâs su l’ont ! » (il n’y a pas lieu de se presser), « i faut prendre lé temps d’soffler eune heûre su chaque oureille », troculonner (aller et venir sans occupation précise), feûgnasser (fainéanter), s’arpouser avant d’être t’t’ent’quier floupi (se reposer avant d’être complètement éreinté), s’acagnoter (manquer d’énergie, se laisser aller à la paresse) . Autrement dit, ils pouvaient guigner le vent. Bien que Balzac soit né à Tours, il ne reprend pas cette expression tourangelle et lui préfère bayer aux corneilles*****, qui a exactement la même signification.

La plupart des gens de province ne se rendent évidemment pas un compte exact des procédés que les gens illustres emploient pour mettre leur cravate, marcher sur le boulevard, bayer aux corneilles ou manger une côtelette […]. 

(Balzac, Modeste Mignon, 1844)

Il aurait également pu utiliser l’expression peigner la girafe (perdre son temps, ne rien faire d’intéressant). 

D’ailleurs, beaucoup d’expressions françaises mettent en scène des animaux. En voici un petit florilège.

être doux comme un agneau, y avoir anguille sous roche, avoir une araignée au plafond, faire l’autruche, rire comme une baleine, chercher la petite bête, faire un vent à décorner les bœufs, avoir le cafard, ne pas casser trois pattes à un canard, faire un froid de canard, muet comme une carpe, avoir une haleine de chacal, appeler un chat un chat, la nuit tous les chats sont gris, avoir d’autres chats à fouetter, avoir un chat dans la gorge, donner sa langue au chat, jouer au chat et à la souris, monter sur ses grands chevaux, avoir une fièvre de cheval, devenir chèvre, avoir du chien, arriver comme un chien dans un jeu de quilles, entre chien et loup, être comme chien et chat, faire des yeux de chien battu, malade comme un chien, faire un temps de chien, être copain comme cochon, manger comme un cochon, avoir un caractère de cochon, sauter du coq à l’âne, avaler des couleuvres, un panier de crabes, pleurer des larmes de crocodile, être le dindon de la farce, être rouge comme une écrevisse, être comme un  éléphant dans un magasin de porcelaine, avancer comme un escargot, avoir des fourmis dans les jambes, être frais comme un gardon, faire le pied de grue, poser un lapin, na pas valoir un pet de lapin, se faire prendre pour un lapin de six semaines, soulever un lièvre, courir deux lièvres à la fois, avoir une tête de linotte, être fort comme un lion, tourner comme un lion en cage, dormir comme un loir/une marmotte, tomber/se jeter dans la gueule du loup, connu comme le loup blanc, entre chien et loup, avoir une faim de loup, l’homme est un loup pour l’homme, avoir un œil de lynx, avoir une cervelle de moineau, manger comme un moineau, prendre la mouche, faire mouche, être la mouche du coche, écrire en pattes en mouche, on n’attrape pas les mouches avec du miel, revenir à ses moutons, chercher un mouton à cinq pattes, être têtu comme une mule, avoir un appétit d’oiseau, être un ours mal léché, avoir des oursins dans les poches, être fier comme un paon, être bavard comme un pie, être gai comme un pinson, se sentir comme un poisson dans l’eau, noyer le poisson, moche/vexé comme un pou, chercher des poux à quelqu’un, avoir la bouche en cul de poule, être une poule mouillée, quand les poules auront des dents, avoir la chair de poule, être excité comme une puce, mettre/avoir la puce à l’oreille, puer comme un putois, être fait comme un rat, écorcher le renard (gormiter en Tourangeau), être rusé comme un renard, être serrés comme des sardines, être malin comme un singe, on n’apprend pas aux vieux singes à faire la grimace, être myope comme une taupe, prendre le taureau par les cornes, être une peau de vache, pleuvoir comme vache qui pisse, parler comme une vache (un basque) espagnole, être nu comme un ver, tirer les vers du nez, ne pas être piqué des vers, être une langue de vipère…

(sources complémentaires : projet-voltaire ; ecoledeverneuil ; Wikipedia)
Photo Droits Réservés

*autre sens pour foutimasser : tourmenter moralement, tracasser.
**autres sens pour bousiner : 1. jouer de la cornemuse ou de la vielle 2. exécuter un travail avec de de mauvais outils ou sans disposer de moyens propres à le faire rapidement et bien.
***autre sens pour vésiner : produire un léger bruissement, comme le font certains animaux en se faufilant dans l’herbe, « j’ai entendu vésiner au bord dé la boucheue (bouchure=haie) » .
****autre sens pour roûcher : ronger, manger, « on n’a même pas eun’ou (os) à roûcher !« 
*****bayer aux corneilles (rester bouche bée et non bâiller) : 1. Rêvasser, perdre son temps en regardant en l’air niaisement. 2.  Faire quelque chose sans intérêt, ne rien faire. Synonyme : bader la figue, qui n’est pas une expression tourangelle même si bader existe en Tourangeau et signifiait perdre son temps a dire des riens, cancaner.

 

LSF

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s