Publié dans Challenge AZ, Challenge AZ 2016

H comme…Hâline

De nos jours, « haline » est un synonyme de l’adjectif saline et désigne ce qui est relatif à la salinité marine.
Mais en Tourangeau, cela signifiait…

il-pleut-comme-vache-qui-pisse©

Pour ceux qui n’auraient pas reconnu l’expression cachée derrière le dessin humoristique («il pleut comme vache qui pisse »), une hâline ou âline correspondait à une grosse averse, tout comme acas d’iau ou aga d’iau ou acassée (pluie violente et abondante),  ernâpée ou arnapée* (giboulée), gabarre (giboulée, ondée), guérlinée, hargne (giboulée violente venant généralement du nord-ouest), galarnée ou galernée (giboulée, pluie provenant d’un nuage venant du nord-ouest), pissée, secouée (averse), oustée ou houstée (averse), ousée (averse, ondée), trempée (pluie assez abondante pour détremper le sol), saucée (averse abondante).  L’expression « l’temps est à la hargne » indiquait qu’il faisait mauvais temps avec des giboulées fréquentes et alors, on risquait de s’embérver ou s’embeurver, autrement dit de se mouiller sous la pluie. « Anc ces giboulées-là, y’en a pâs pou longtemps à s’embérver. » 
Au contraire, eune pissée d’guernouille était une très légère averse, une bournée, une petite pleue (pluie), une bérouasse** ou bérouée**, une pluie fine. Ainsi, ça bérouasse ou ça bérouine signifiaient ça bruine, c’est-à-dire que la pluie ne tombait pas à teurbâsse (en abondance, à verse).
Et forcément, si le temps commençait à  mariner (ou se mariner ou s’emmariner) c’est-à-dire devenir pluvieux, on risquait d’être guéné (mouillé, surtout par une petite pluie ou la rosée selon Rougé, dont les vêtements sont mouillés selon Davau) avant d’être tout nappi / nâpi (imprégné d’eau, trempé). Et on pouvait guéner (se mouiller sous la pluie ou en marchant à travers des herbes humides) même si le temps s’était rassolé, c’est-à-dire qu’il était redevenu beau, que le temps était ensoleillé. Donc, pour rester chéche (sec/sèche), il valait mieux éviter que « ça r’coumince à pleuter /à pleuvouère » .

 

*ernâpée signifiait également reniflement, et hargne, ressentiment, mauvaise humeur.
**autre sens : pâtée légère comme un brouet, destinée à la nourriture des veaux.

(dessin humoristique original sur pulupulu, Droits réservés)

il-pleut-comme-vache-qui-pisse_x700©

 

LSF

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s