Publié dans Challenge AZ, Challenge AZ 2016

G comme…Grolle

Le mot grolle vient du latin populaire grolla signifiant vieux soulier (attesté dès le XIIIème siècle et est passé dans l’argot parisien à la fin du XIXème siècle). C’est également un récipient en bois servant à boire un mélange de café et d’eau de vie dans les grandes occasions.

En Savoie, la grolle (ou coupe de l’amitié) est un récipient en bois entouré de plusieurs becs par lesquels on boit à tour de rôle, et dont le nom proviendrait du fait que, pour se réchauffer, les bergers versaient un mélange de café et de gnôle dans leurs sabots.

Mais en Touraine, la grolle désignait le corbeau et le grolliot un jeune corbeau. L’étymologie viendrait du bas latin graula (du latin  graculus) signifiant choucas. D’autres animaux familiers se cachent sous des noms étranges : choual ou chouau ou joual ou jouau ou chéval (cheval), biquion (chevreau), igneau ou aigneau (agneau), chieuve (chèvre), mogasse (brebis), chian (chien),  ièvre (lièvre), piron (oiseau), chuéche ou tuette (chouette), jâ ou jârquier (jars), jâcot ou ricard ou pacot (geai), jau (coq), pintarde (pintade), poult’iot (poulette), iragne ou araigne ou arignère (araignée), marie vole (coccinelle), guernouille (grenouille), guérnâzelle ou guerzillette ou martinette (rainette), buriche (fauvette), cendrille (mésange)… Plus insolte, dindon signifie Tourangeau (et inversement : dans le Saumurois, on dit  » Pour Noël, nous mangerons un Tourangeau)

Et connaissez-vous l’histoire de la grolle et du r’nard ? (d’après une fable de la Fontaine, par Patrick Oberson)

LA GROLLE ET LE R’NARD
Un jour, guchée dans un oumiau, y’avait un’ Grolle
Qu’ a  t’nait dans l’bec un’ rouss’rolle
Ou bin putôt un chieuve de cheu la Mèr’ Goury
A s’prenait pas pour rin, al’ était pas crainti
V’la ti pas qu’arriv’ un R’nard, qu’avait grand faim
Et qui yi dit, en la r’gadant min’ de rin :
« Cré fi d’chien, t’es bin jolie,
T’as un bin beau  saraud, j’en suis tout éberloui
Chant’ tu aussi bin qu’ t’es belle ?
Pouss’ mouè don la ritournelle ».
La Grolle, qu’à savait pu où s’mett’
A c’mence un’ chansounnette
A faisait des efforts, a s’ébreuillait si bin
Que l’fromage est tombé, juss aux pieds du mâtin.
Le R’nard qu’ attendait qu’ça, y l’ rammass’ aussitôt
Pi y dit en r’gadant vers le haut :
« ça vaut pas du gâtiau mais ça f’ra bin l’affair’
J’te dis un grand merci, t’es bin un’ boun’ droyère
Tu sauras bin maint’nant qu’à écouter les aut’
On est souvent baisé mêm’ que c’est pas d’sa faut’ »

(Sources complémentaires : 
Fable de la Fontaine
Wikipedia)

Photo Droits Réservés

 

LSF


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s